VOTE | 95 fans

#801 : Monk et sa série préférée

Titre original : M. Monk's favorite show
Titre français : Monk et sa série préférée

1ère diffusion dans le pays d'origine : 07/08/2009 (États-Unis)
1ère diffusion en France :

Monk est ravi lorsqu'il doit servir de garde du corps à son actrice préférée,  une ancienne enfant star.  Après la publication de sa biographie, certaines révélations  mettent sa vie en danger.  

Réalisé par : Randall Zisk

Ecrit par : Jack Bernstein

Acteurs secondaires :
Sarah Aldrich (Mme Cooper (Gail Rodano)), Donnell C. Barrett (Paparazzo #3), Dan Cole (homme dans la queue), Justin Dray (Paparazzo #1), Edward Flores (employé au motel), Jonathan Morgan Heit (Billy Cooper), Taylor Longbrake (Cathy Cooper (Jeune Christine Rapp)), Rob Mainord (Libraire), Cameron Monaghan (Billy Cooper), Elizabeth Perkins (Christine Rapp), Rena Sofer (Kim Kelly), Michael Stoyanov (Steven Dorn), Angelina Wahler (Janey Cooper), Jeremy Gram Weaver (Paparazzo #2), Gary Weeks (M. Cooper (Brendan Collins))

 

Popularité


4 - 3 votes

Titre VO
M. Monk's favorite show

Titre VF
Monk et sa série préférée

Première diffusion
07.08.2009

Première diffusion en France
03.01.2010

Plus de détails

Scénariste(s) : Jack Bernstein
Réalisateur(s) : Randall Zisk

Jason Gray-Stanford (Lt Randall Disher),
Traylor Howard (Natalie Teeger),
Ted Levine(Capitaine Leland Stottlemeyer),
Tony Shalhoub (Adrian Monk)

Sarah Aldrich (Mme Cooper (Gail Rodano)),
Donnell C. Barrett (Paparazzo #3),
Dan Cole(homme dans la queue),
Justin Dray (Paparazzo #1),
Edward Flores (employé au motel),
Jonathan Morgan Heit (Billy Cooper),
Taylor Longbrake (Cathy Cooper (Jeune Christine Rapp)
Rob Mainord(Libraire),
Cameron Monaghan (Billy Cooper),
Elizabeth Perkins (Christine Rapp),
Rena Sofer (Kim Kelly),
Michael Stoyanov (Steven Dorn),
Angelina Wahler (Janey Cooper),
Jeremy Gram Weaver (Paparazzo #2),
Gary Weeks (M. Cooper (Brendan Collins)

Il est 4 heures du matin, deux fauteuils sont dépliés devant la boutique d’un libraire. Nathalie protégée par une couverture occupe le premier tandis que Monk la supplie de lui laisser sa place, sinon il est le dernier, ce qu’il trouve humiliant, de la file d’attente qu’ils forment à eux deux. Des affiches dans la vitrine annoncent la venue d’une ancienne vedette de télé, Christine Rapp en personne, pour dédicacer le livre qu’elle vient de faire éditer. Nathalie se trouve au-dessus d’une bouche d’aération et n’a pas l’intention de bouger. Monk est obligé de rendre les armes et s’assoit sur son fauteuil, une bouteille thermos dans les mains, résigné.

Il reproche à Nathalie de ne pas aimer les séries TV et ignorer qui est Christine Rapp. Nathalie répond qu’elle sait qu’il s’agit de l’actrice d’une vieille série par laquelle son patron est obsédé. Monk proteste, il n’est pas obsédé, il s’agit à peine d’une fixation. Il finit par convenir que cette série était très importante pour lui et qu’elle l’obsède.

« Le Clan Cooper » passait tous les mardis soir à 20 heures. C’était un peu ses seuls amis. Nathalie lui demande ce qu’il va dire à Christine Rapp, il lui dira merci puis il se plonge dans ses vieux souvenirs.

Devant l’immeuble de la radio où elle vient de donner un interview, des photographes attendent Christine Rapp, accompagnée de son attachée de presse. Un reporter lui demande où elle était durant les 20 dernières années, elle répond qu’elle était juste là, mais se demande où le reporter se trouvait. L’attachée de presse lui rappelle qu’il est 9 heures 30 et temps de se rendre à la librairie. Un autre reporter fait remarquer qu’elle s’est montrée très dure envers ses anciens partenaires dans le livre. Elle répond que ça se passait comme ça et qu’ils s’en remettront. Le reporter signale que Steven Dorn avait l’air très en colère et lui conseillait de surveiller ses arrières ; désinvolte, elle répond qu’il n’a qu’à écrire son livre, puis propose que l’un des reporters fasse démarrer sa voiture. Aucun ne relève le défi, elle n’en a pas besoin, elle peut le faire de loin. Au moment où elle appuie sur la commande à distance, la voiture explose.

Devant la librairie, où plusieurs personnes sont venues attendre, Monk et un autre fan de la série se posent des colles, genre : saison 4, épisode 9 : pendant la soirée pyjama, qui était la meilleure amie de Janey, ou l’année de construction de l’école de Tatem fréquentée par le Clan Cooper….

Bien évidemment, Monk remporte le jeu, et le fait remarquer à coup de grandes claques sur les genoux de Nathalie. Cette dernière est heureuse d’être venue avec son patron qu’elle n’a jamais vu aussi excité pour quoi que ce soit. Monk lui confie que cette série était tout ce qu’il avait. Peu lui importait si ça allait mal, il savait que s’il tenait jusqu’au mardi soir, 20 h., tout irait bien. Tout devenait logique pendant une demi-heure. C’était sa vraie famille, mais il se reprend, sa vraie famille était l’autre famille.

Le libraire ouvre sa porte, Monk se précipite pour acheter le premier livre. Il va même jusqu’à lui dire de garder la monnaie. Monk pavoise avec la première copie du livre pendant que le libraire pose une affiche qui annule la venue de la star pour une séance d’autographes. Le libraire apprend aux fans sur le trottoir que la séance a été annulée car on vient d’essayer de la tuer.

Monk, anxieux, suivie de Nathalie se précipitent sur les lieux de l’explosion pour retrouver le capitaine et Randy. Le capitaine rassure Monk, la star n’était pas dans la voiture. Elle avait une télécommande à son trousseau ce qui lui a sauvé la vie. Monk confie au capitaine, étonné, qu’il l’a un peu regardée grandir. Le capitaine comprend qu’il la regardait à la télé, Monk affirme qu’il n’a jamais raté aucun épisode, car un peu obsédé par cette série.

Monk relève qu’il s’agissait d’une bombe dans un tube galvanisé. Le capitaine confirme : de la poudre noire, un détonateur relié au démarreur, simple et rudimentaire et pu être réalisé par n’importe qui avec le net, c'est-à-dire n’importe qui sauf Monk. Plus loin, Nathalie, appuyée sur une voiture lit le livre de Christine Rapp. La police a trouvé des lettres de menace, il va se rapprocher des fédéraux pour voir ce qu’ils vont en dire.

Monk commence ses investigations sur la voiture mais aperçoit Christine Rapp, à qui on apporte des soins au bras, allongée sur une civière. Il la surveille de loin en faisant semblant d’inspecter la voiture accidentée.

Pendant que Monk la regarde avec tendresse, Nathalie appelle le lieutenant Randy Disher pour lui montrer quelques pages qu’elle trouve répugnantes. Disher prend un air dégoûté en lisant la liste des hommes que Christine a connu. Nathalie s’inquiète de ce que va penser Monk en lisant ce livre et surtout la page 73 qui risque de le tuer.

Monk n’y tient plus et se précipite sur Nathalie pour lui montrer Christine Rapp. Nathalie cache le livre dans son dos puis le confie à Randy. Ils s’approchent de la civière, Monk se présente, tout excité. Christine lui tend la main. Monk range précieusement la lingette avec laquelle il a essuyé la main qui a touché Christine Rapp : Cathy Cooper devenue complètement adulte. L’attachée de presse, Kim Kelly, entraîne Monk à l’écart. Elle est inquiète et pense que celui qui a attenté à la vie de l’actrice ne va pas s’arrêter là. Elle a déjà reçu des lettres de menace depuis qu’elle a commencé son livre. Kim Kelly lui demande d’être le garde du corps de Christine ce qu’il accepte avec enthousiasme. Il n’arrive pas à croire à cette chance, il se répète qu’il est dans le Clan Cooper.

Dans le salon de la luxueuse villa de Christine, Monk visionne des épisodes de l’ancienne série. Il adore entendre le plus jeune des enfants du Clan Cooper, Billy, dire sa répartie habituelle : « Crotte de bique ! ». Christine, un verre à la main, est étonnée de l’entendre prononcer les répliques qu’il connaît manifestement par cœur. Monk la questionne sur les acteurs et voudrait savoir comment ils étaient dans la vraie vie. Il demande si l’acteur qui interprétait le rôle du père était gentil. Elle déduit ironiquement qu’il n’a pas lu son livre.

Kim Kelly les interrompt pour demander à Monk où en est l’enquête. Monk lui montre une photo prise par une caméra de surveillance de la radio représentant un homme qui se tient à l’écart au moment de l’explosion, vêtu d’un sweatshirt dont le capuchon lui cache le visage.

Monk quitte à regret le salon et son poste de télévision pour visiter la maison, à la demande de Kim. Dans la chambre, un miroir au plafond au-dessus du lit intrigue Monk. Christine lui conseille de lire son livre. Kim explique qu’elle a fait acheter un révolver à Christine après avoir reçu la première lettre, pour lequel elles ont obtenu un permis.

Christine met fin aux interminables questions de Monk, sur des épisodes dont elle ne se souvient plus, en l’abandonnant aux soins de Kim pour aller se préparer en vue d’une séance de photos. Monk remarque sur une console le trophée « Silver Globe ». Kim précise que Christine l’a reçu pour un téléfilm qu’elle a tourné sur l’anorexie. Monk se souvient qu’en regardant la cérémonie, il devait être plus nerveux qu’elle. Le présentateur est arrivé avec un tas de blagues, les commissaires n’ont pas arrêté d’énumérer toutes les règles avant de comptabiliser les votes. Et finalement, enfin, ils ont prononcé son nom pour le meilleur second rôle féminin de « la fille disparue ». Ce trophée a sauvé sa carrière.

A ce moment, un cri de Christine les fait accourir. Elle est assise par terre, dans un coin de la salle de bains et montre l’inscription sur le miroir : « la prochaine fois, je t’aurai », écrite avec du rouge à lèvres.

Au commissariat, où le miroir a été transporté, Monk explique à Nathalie et Randy que Christine était folle de peur. Il lui a conseillé de se rendre dans un hôtel, sous un faux nom. Randy fait observer qu’aucune empreinte n’a été relevée sur le tube de rouge à lèvres ni sur le miroir et l’écriture correspond aux lettres anonymes toutes postées de Sunset Heights. Le papier à lettres et les enveloppes n’ont rien révélé non plus.

En observant le miroir, Monk est certain d’avoir déjà vu cette écriture. Nathalie lui recommande de lire le livre. Il répond qu’il n’a pas le temps pour le moment. Il aperçoit un suspect que le capitaine est en train d’interroger dans son bureau. Pendant que Nathalie essaie de le mettre en garde avant de lire le livre il reconnaît l’acteur qui jouait le rôle de Billy Cooper.

Monk essaie d’attirer l’attention de l’acteur à travers le rideau, en criant « crotte de bique ! ». Le capitaine fait entrer Monk qui rappelle à l’acteur qu’il disait « crotte de bique ! » chaque semaine. Il assure Steven Dorn que le capitaine et lui vont arrêter le coupable. Le capitaine intervient en expliquant que Steven Dorn est suspect pour l’explosion. Monk se refuse à le croire. Le capitaine reprend un reportage sur un hebdomadaire concernant Christine, dans lequel son ancien partenaire, Steven Dorn, a déclaré « pour moi, Christine Rapp est morte. C’est une grande gueule, une menteuse et une clocharde. La prochaine fois que je la croise, j’espère conduire un camion». Steven Dorn confirme qu’il l’a dit car c’est vrai, mais il l’a dit sans y penser. Monk ne peut admettre qu’il pense ça de sa sœur, Cathy Cooper ! Le commissaire déduit que Monk n’a pas lu le livre. Le capitaine met le livre entre les mains de Monk et lui ordonne de rentrer pour le lire.

En lisant le livre, Monk n’en croit pas ses yeux. Nathalie, inquiète, le surveille. Elle affirme que toutes les actrices qui commencent jeunes ont des problèmes. Monk admet qu’il est normal qu’on essaye de la tuer, toutes les personnes qu’elle connaît ont un mobile. Il remarque que la page 73 a été déchirée. Nathalie assure qu’elle est tombée. Il comprend que Nathalie a pris la page et la lui arrache des mains. Nathalie arrive à la reprendre et la mange en disant que c’est pour son bien.

Le soir même, Christine cachée par un grand chapeau et de grandes lunettes noires, s’inscrit dans un motel sous un faux nom et paie sa chambre en liquide. Pendant qu’elle monte vers sa chambre par l’escalier extérieur, une silhouette vêtue d’un sweatshirt la suit. L’hôtelier est en train de ranger ses papiers lorsqu’il entend un coup de feu puis un corps tombe dans l’escalier.

La police a investi l’hôtel, Christine a été rejointe par son attachée de presse. Monk arrive avec Nathalie, mais il est déçu par la vie de Christine et laisse voir sa rancœur. Christine est en train d’expliquer à Randy qu’elle était suivie par cet homme armé d’un couteau. Quand il a dit « cette fois, je te tiens », elle a sorti son révolver de son sac et a tiré sans réfléchir.

Le capitaine entraîne Nathalie et Monk vers le corps. Monk regarde Christine avec un regard en coin et méprisant en écoutant le capitaine expliquer que Timlinson a fait plusieurs métiers dont Manager d’un Taco Bell, après avoir travaillé dans les Eaux et Forêts, puis dans un cabinet d’huissier après deux ans dans un IUT. Il avait des lettres dans son manteau et l’analyse graphologique correspond et il vit à Sunset Heights d’où les lettres ont été postées. Monk, d’un air lugubre, observe qu’il aimait peut être la série, que Christine était tout pour lui et qu’elle a trahi tout ce qu’elle représentait. Le capitaine comprend que Monk a lu le livre et espère qu’il n’a pas lu la page 73, Nathalie le rassure, elle l’a mangée. Le capitaine approuve. Monk s’éloigne, Christine le suit en lui disant qu’elle est désolée de l’avoir déçu. Monk lui demande si ce qu’il y a dans le livre est vrai. Elle répond qu’elle a fait bien pire, des choses qu’elle ne pourrait jamais écrire mais pour sa défense, elle était jeune et seule. Monk lui reproche de lui avoir enlevé l’un des très rares souvenirs joyeux de sa jeunesse. Il la laisse en disant qu’il ne le lui pardonnera jamais.

Monk lit le journal, Nathalie vient le prévenir d’une alerte-surprise, car elle va lui faire une surprise. Elle revient avec une table roulante. Elle s’est renseignée auprès d’Ambrose pour son en-cas préféré. Elle a donc préparé 10 crackers ronds, un verre de jus de pomme avec un glaçon et loué les DVD de sa série préférée. Elle l’installe face au poste de télévision et essaie de le motiver en le persuadant qu’il a 12 ans, un mardi soir, l’heure du « Clan Cooper ». Elle chante la chanson du générique en faisant démarrer le lecteur de DVD.

Tout à coup Monk réclame l’épisode 4 « bras cassé, cœur brisé » puis demande à Nathalie d’avancer rapidement pour arriver à une scène qu’il regarde attentivement. Il s’agit de Cathy Cooper qui porte un plâtre à son bras droit. Personne ne veut le signer, elle écrit elle-même avec sa main gauche. Monk a trouvé l’écriture qu’il avait déjà vue et qui ressemble à celle du miroir et des lettres envoyées à Christine Rapp. Elle s’est donc elle-même écrit ces lettres de la main gauche, pour pouvoir tuer Victor Timlinson et prétendre une légitime défense.

Monk et Nathalie s’introduisent illicitement chez Timlinson pour trouver un lien avec Christine Rapp. Nathalie se rend dans la pièce voisine, Monk découvre un épais livre de décoration qui ne correspond pas à l’intérieur du célibataire désordonné. En l’ouvrant il apparaît une cachette dans laquelle se trouve une enveloppe qui contient des bulletins de vote pour le Silver Globe Awards sur lesquels le nom de Tara McSherry est coché. En essayant de rejoindre Nathalie pour les lui montrer, une silhouette l’assomme avec un gros vase.

Il s’écroule sur le plancher et rêve qu’il est dans un épisode du « Clan Cooper ». Vêtu à la mode de l’époque, il se trouve être l’ainé des enfants, le fils parfait et aimé de ses parents. Il demande à Cathy de reconnaître qu’elle n’a pas vraiment mérité le Silver Globe. Cathy répond qu’elle ne voit pas de quoi il parle. Il explique alors qu’après l’arrêt de la série, il y a 35 ans, sa carrière était en péril. Quand elle a été nominée pour ce prix, Cathy/Christine savait qu’il s’agissait de sa dernière chance et qu’elle serait prête à tout pour gagner. Christine a rencontré un fan, Victor Timlinson, qui lui a dit où il travaillait. C’était la chance de sa carrière. Il travaillait au courrier d’un cabinet d’huissiers qui comptabilisait les votes pour toutes les grandes récompenses, dont le Silver Globe. Il était le premier à voir les bulletins de vote et à la demande de Christine il a truqué les résultats. Les années ont passé, elle pensait sûrement ne jamais le revoir, mais quand il a appris qu’elle écrivait un livre, il a voulu la faire chanter. Il demandait toujours plus, alors elle a décidé de le tuer. Elle l’a piégé en s’envoyant elle-même les lettres et en faisant exploser sa voiture. Elle lui a donné rendez-vous à l’hôtel, elle l’a tué dans l’escalier. Puis elle a mis le couteau dans sa main et les lettres dans son manteau. Cathy rétorque qu’il n’a pas de preuves et que le procureur va lui rire au nez. Monk montre les bulletins de vote originaux qu’il a trouvé chez Timlinson, cachés dans un livre creux et qu’il avait gardés en guise d’assurance.

Monk se réveille sur le plancher, en entendant la voix de Nathalie qui l’appelle à l’aide, en se battant contre Christine. Enfin réveillé, il s’empare du révolver et arrête Christine en lui rappelant le titre de l’épisode 5, saison 2 : « punie à vie », pour Nathalie il ajoute qu’il adorait cet épisode.

Monk et Nathalie entrent dans la boutique du libraire pour rendre le livre de Christine Rapp. Désolé qu’il soit déçu le libraire rembourse Monk, qui réclame également la monnaie qu’il lui avait laissée, heureux de posséder le premier exemplaire.

Le libraire se rend compte que la page 73 a été remplacée par celle d’un autre livre. Monk doit avouer que Nathalie l’a mangée. Le libraire l’accuse d’avoir abimé le livre, Monk pense qu’il l’a amélioré par une page d’un grand classique de Charles Dickens, Oliver Twist.

D’un air digne, Monk sort de la boutique, suivi de Nathalie gênée. Dans la rue, Monk regrette d’avoir perdu la seule famille qu’il avait. Nathalie lui prend le bras et l’entraîne en lui disant qu’il l’a, elle et Julie et Randy et le capitaine. C’est comme une famille. Monk lui demande de dire quelque chose de drôle comme dans une vraie famille. Nathalie répond que Cathy Cooper avait un scénariste et essaie de lui raconter une blague. Monk la regarde et s’éloigne en disant que ce n’est pas drôle.

 

Adrien : S'il vous plaît. Allez, s'il vous plaît.

Nathalie : Désolé, M. Monk, je ne bougerai pas.

Adrien : C'est humiliant. Regardez, je suis le dernier.

Nathalie : M. Monk, on est deux et vous êtes le deuxième.

Adrien : Sur deux. Deuxième sur deux. Donc, dernier.

Nathalie : Je suis sur une bouche d'aération et je suis très bien.

Adrien : Vous n’aimez pas la série. Vous ne savez même pas qui est Christine Rapp.

Nathalie : Je sais qui c'est. C'est l'actrice d'une vieille série dont mon patron est obsédé.

Adrien : Je ne suis pas obsédé. C'est à peine une fixation. Je suis légèrement... OK, je suis obsédé. Cette série était très importante pour moi.

Nathalie : Apparemment.

Adrien : Les mardis à 20 h. "Le clan Cooper." C'était un peu... mes seuls amis.

Nathalie : Alors, qu'allez-vous lui dire ?

Adrien : Je lui dirai merci.

 

Devant l’immeuble de la radio où elle vient de donner une interview, des photographes attendent Christine Rapp, accompagnée de son attachée de presse.

Un reporter : Christine, par ici.

Un reporter : J'adore le livre.

Un reporter : Où étiez-vous depuis 20 ans ?

Christine Rapp : J'étais juste là. Et vous, où étiez-vous ?

L’attachée de presse : Il est 9 h 30, on devrait aller à la librairie.

Un reporter : Vous êtes dure avec vos anciens partenaires dans le livre.

Christine Rapp : Ça se passait comme ça.

Un reporter : Comment vont-ils réagir ?

Christine Rapp : Ils s'en remettront.

Un reporter : Steven Dorn avait l'air en colère.

Christine Rapp : Il n'a qu'à écrire son livre.

Un reporter : Il a dit de surveiller vos arrières.

Christine Rapp : Peut-être que l'un d'entre vous devrait démarrer ma voiture. Pas besoin. Je peux le faire d'ici.

 

Au moment où elle appuie sur la commande à distance, la voiture explose.

 

Devant la librairie, où plusieurs personnes sont venues attendre, Monk et un autre fan de la série se posent des colles.

Adrien : Pendant la soirée pyjama...

Un fan : Saison 4, épisode 9.

Adrien : qui était la meilleure amie de Janey ? OK, qui est l'entraîneur de Scamp ?

Adrien : Wayne Julius.

Adrien : Le prix de la première voiture de Cathy Cooper ?

Le fan : Trop facile. 100 $.

Adrien : Le nom de l'école qu'ils fréquentaient ?

Le fan : L'école de Tatem.

Adrien : L'année de sa construction ?

Le fan : L'année ?

Adrien : C'était dans l'angle, près de la porte d'entrée. Il marque un demi-point.

Adrien : De quelle couleur était le téléphone dans le salon ?

Le fan : La couleur ? Jaune.

Adrien : Vous avez triché.

Le fan : Non.

Adrien : Il a triché. Pas de point. Quel est le score ?

Nathalie : Je ne sais pas. Quel score voulez-vous ?

Adrien : OK, dernier round. C'est pour le match. Quel est le nom du porteur de lettres dans l'épisode "Le correspondant" ?

Le fan : Daisy Green.

Adrien : Faux ! Il a faux ! J'ai gagné ! C'était Daisy Green.

Le fan : J'ai le guide des épisodes ici.

Adrien : C'était Daisy Green dans la saison 2. Elle s'est mariée dans le dernier épisode, non ? Elle est devenue Daisy... Allez. Brackowitz.

J'ai pas dit, "quel était son nom" mais, "quel est son nom" J'ai dit "est". Vous avez entendu. "Est." Game over. J'ai gagné. Vous avez déjà regardé la série ? Ça s'appelait "Le clan Cooper". Regardez dans votre bouquin. Il a le bouquin. Il l'a. Regardez dedans. Il a le bouquin.

Nathalie : Je suis contente d'être venue. Vraiment. Je ne vous ai jamais vu... aussi excité pour quoi que ce soit.

Adrien : Cette série était importante. C'était tout ce que j'avais. Peu importe comment ça allait mal, je savais que si je tenais jusqu'au mardi soir, 20 h, tout irait bien. Tout devenait logique, au moins pendant une demi-heure. C'était mon autre famille. De qui je me moque ? Ma vraie famille était l'autre famille.

 

Le libraire : Bonjour.

Adrien : Ça y est ? C'est le livre ? Je peux vous l'acheter ?

Le libraire : Absolument.

Adrien : Gardez la monnaie. Attendez. Il y a combien de monnaie ? Peu importe, gardez-la. "Ré-Cooper-ation."

Adrien : J'ai la première copie. La première.

Le libraire : Annulé ?

Le libraire : J'imagine que vous n'avez pas entendu. C'était aux infos. On vient d'essayer de la tuer.

Adrien : Oh, mon Dieu.

Le fan : Oh, mon Dieu.

 

Monk et Nathalie se précipitent sur les lieux

Adrien : Capitaine, capitaine, elle va bien ? Oh, mon Dieu.

Le capitaine : Elle n'était pas dans la voiture. Elle avait une télécommande à son trousseau. Ça lui a sauvé la vie.

Adrien : Dieu merci.

Le capitaine : Vous la connaissez ?

Adrien : Je l'ai un peu regardée grandir.

Le capitaine : Vous l'avez regardée grandir ? À la télévision ?

Adrien : J'ai jamais raté un épisode. J'étais un peu obsédé par cette série.

Le capitaine : Vraiment ? On ne dirait pas.

Adrien : Une bombe dans un tube galvanisé ?

Le capitaine : De la poudre noire, un détonateur relié au démarreur. Très simple, rudimentaire. N'importe qui avec le net peut le faire. C'est à dire n'importe qui sauf vous. On a trouvé des lettres de menaces. On va y rejeter un œil, voir ce que les fédéraux ont à dire.

Adrien : C'est elle.

Le capitaine : Oui.

Adrien : Elle est plus grande.

 

Nathalie lit le livre de Christine Rapp à côté de Disher

Nathalie : Oh, mon Dieu. Oh, mon Dieu. Oh... mon... Dieu.

Disher : C'est comment ?

Nathalie : Répugnant. Dire que je pensais être dévergondée. Regardez ça.

Disher : Ça doit être une coquille.

Nathalie : Ce n'en est pas une. Regardez ça. "Chapitre cinq : Folle des garçons." Il y a une liste.

Disher : Ricardo Montalban. Dudley Moore. Cheech, Chong, Cheech et Chong. Pourquoi il y a un astérisque à côté de Bob Denver ? Oh, mon dieu.

Nathalie : C'est même pas le pire passage. Regardez, page 73.Est-ce possible ? Ça va tuer M. Monk. C'est son plus grand fan.

 

Monk : Natalie, elle est là. C'est vraiment elle. Je n’arrive pas à croire qu'on ait voulu la blesser. Elle apportait tellement de bonheur à tellement de gens.

Nathalie : On sait.

Disher : On a vu la liste.

 

Monk : Excusez-moi, Christine. Miss Rapp. Miss Christine Rapp. Bonjour, oui, c'est tellement énorme. Je vais... Pourquoi ? C'est en fait plutôt un honneur, croyez-y ou non. Cathy Cooper complètement adulte.

L’attachée de presse : C'est pas vraiment le bon moment. Vous comprenez ?

Monk : Je suis Adrian Monk, je travaille avec la police. C'est pour ça que je suis là. Je ne suis pas un groupie, fou et fanatique. Mon dieu, j'arrive pas à croire que je vous parle vraiment.

Nathalie : Je suis Natalie Teeger, son assistante.

Monk : Pourquoi vous vous essuyez ?

Nathalie : Je vous dirai plus tard.

Monk : Comment vous sentez-vous ?

Christine : Chanceuse.

Monk : Bien sûr.

Christine : Et morte de peur.

Monk : Bien sûr.

L’attachée de presse : Pardon, je suis Kim Kelly, son attachée de presse. Puis-je vous parler un instant ?

Monk : Bien sûr. Je vais juste...

Kim : Désolée de ne pas vous avoir reconnu. Je vous connais de nom, bien sûr. Vous avez aidé beaucoup de gens, n'est-ce pas ? Je suis morte de peur. Celui qui a fait ça ne va pas s'arrêter. Quelqu'un lui envoie des lettres, des lettres horribles, depuis qu'elle a commencé son livre.

Monk : Oui, le capitaine m'en a parlé.

Kim : La police dit qu’il s’agit d'un fan trop zélé. On le pensait aussi, mais, après ça, elle a besoin d'un garde du corps.

Monk : Un garde du corps, oui.

Kim : Quelqu'un de confiance. Je sais que vous êtes occupé.

Monk : Je le ferai.

Kim : D'accord. 1000 $ par semaine, ça vous va ?

Monk : Ça marche, je ne peux pas tout payer d'un coup.

Kim : Non, nous vous paierons.

Monk : Encore mieux. Bien sûr. Je suis si content d'aider.

Kim : Merci. Je suis si soulagée. Je peux respirer maintenant. J'ai hâte de le dire à Christine. Bienvenue dans la famille.

Monk : Je suis dans la famille. Je suis dans le clan Cooper.

 

Un épisode de la famille Cooper passe sur la télé chez Christine.

 

Danny : Janey, je trouve pas mon nouveau disque des Beatles.

Janey : Scamp l'a pris. Il aime les Beatles. Notre chien est un hippie.

Danny : On aurait dû le savoir, il déteste prendre des bains. Scamp, reviens ici.

Cathy : Danny, Janey, je vous l'ai déjà dit. On ne court pas dans la maison. Vous êtes consignés.

Danny : T'es pas notre chef, Cathy.

Cathy : Quand je porte ça, si. Billy, où vas-tu ?

Billy : Aux toilettes.

Cathy : Où est ton laissez-passer ? Il faut que maman t'en donne un.

Billy : Crotte de bique. Tout ce que j'ai à dire c'est qu'elle a intérêt à écrire vite.

Danny : Depuis que tu patrouilles, tu nous rends fous. T'es un dictateur fou.

Cathy : Non, c'est pas vrai.

Danny : Si, c'est vrai.

 

Adrien dit les répliques en même temps que les acteurs.

Christine : Laissez-moi deviner, vous ne ratez jamais une rediffusion.

Monk : Si, c'est vrai. - Les rediffusions ?

Christine : Vous connaissez toutes les répliques sans avoir vu un seul épisode en 35 ans ?

Monk : Ce n’est pas fou, je suis fan.

 

Le père : Je suis fier que tu veuilles veiller sur les gens, mais à la maison, c'est mon boulot. Tu ne veux pas m'enlever mon boulot, hein ?

Cathy : J'y avais jamais pensé comme ça. Je crois que Danny avait raison. Ce pouvoir m'est monté à la tête. Désolée, papa. Je t'ai laissé tomber. Danny joue encore cette musique. Je devrais aller lui parler. Je peux t'emprunter l'écharpe ?

 

Monk : C'était un papa tellement super. Comment était-il, vous savez, dans la vraie vie ? Était-il gentil ?

Christine : Vous n'avez pas lu mon livre, hein ?

Monk : Pas encore. J'ai hâte. Écoutez, regardons l'épisode de la baby-sitter. On peut ? J'adore quand vous et Janey retardez toutes les montres. Pour rester debout plus tard. Vous étiez de sacrées coquines.

Kim : Comment se passe l'enquête, M. Monk ? Quelque chose à signaler ?

Monk : Eh bien, on a cette... photo de surveillance de la radio. Il était de l'autre côté de la rue

quand la voiture a explosé.

Christine : La police a dit qu'il était là toute la matinée.

Monk : Christine a dit qu'elle ne l'avait jamais vu avant. Et vous ?

Kim : Non, désolée. Et pour les lettres ?

Monk : Je dois aller voir le capitaine Stottlemeyer. Je devrais en savoir plus après.

Kim : Que faisons-nous en attendant ?

Monk : Eh bien, je suggère que nous regardions quelques épisodes du "Clan Cooper" et on fera une visite de la maison.

Kim : Pourquoi ne pas faire une visite tout de suite ?

Monk : Crotte de bique. Vous pigez ? C'était ce que disait Billy.

Christine : Tu pourrais arrêter de t'inquiéter pendant 5 minutes ?

Kim : C'est mon boulot de m'inquiéter.

 

Kim : Et ici, c'est la chambre.

Monk : Où est-ce que ça mène ?

Kim : Au patio.

Monk : Il faut que ces portes soient fermées à double tour et changer les serrures.

Kim : Oui. Je m'en charge. Et il faut faire le noir dans toutes les pièces. Acheter des rideaux. Bien lourds.- Vous vous souvenez quand Billy et Danny prirent tous les rideaux pour vous faire croire à un fantôme ? C'est un autre classique. - Un miroir ? Très bien. Excellente précaution. Donc, si vous êtes allongée dans le lit et que quelqu'un entre par cette porte... Vous avez la... Triangul... ou... Je ne comprends pas.

Christine : C'est plutôt une chose personnelle. Vous savez, vous devriez vraiment lire mon livre.

Monk : Oui. J'ai hâte.

 

Monk remarque un révolver dans la table de nuit.

Christine : Nous avons un permis pour ça.

Kim : C'était mon idée. Je l'ai fait acheter à Christine après avoir reçu la première lettre.

 

Plus tard, après la visite du patio.

Monk : Bien, bien. Mais dans la saison 5, l'épisode de la vente de gâteau, vous avez mangé ces brownies sans aucune réaction.

Christine : Le Dr Nabors m'avait peut-être donné des médicaments.

Monk : Vous parlez du Dr Norberg ? Impossible, à la fin de l'épisode sur les amygdales, Dr Norberg a dit qu'il prenait sa retraite.

Je ne sais pas. Je ne sais pas du tout.

Kim : Avez-vous d'autres questions ?

Monk : Oui, oui.

Kim : Sans rapport avec la série ?

Christine : J'ai une séance photo, je dois aller m'habiller. Vous venez avec moi, M. le garde du corps ?

Monk : Je ne crois pas que ce soit utile.

Christine : Timide ? J'aime ça chez un homme.

 

Christine s’éloigne, Monk et Kim reste dans le hall.

Kim : Elle aime tout chez un homme. Le Silver Globe. Il est magnifique, hein ?

Monk : Oui.

Kim : Ce bout de métal a sauvé sa carrière. Elle l'a gagné pour un téléfilm sur l'anorexie.

Monk : "La fille disparue", je m'en souviens. C'est la seule cérémonie que j'ai regardée. Je devais être plus nerveux qu'elle. Et ça a duré longtemps. D'abord ce type est arrivé avec toutes ces blagues.

Kim : C'était Bob Hope.

Monk : Peu importe et les comptables ont pas arrêté avec toutes ces règles.

Kim : Ils venaient de chez Fineman et Kelly, ceux qui ont compté les votes.

Monk : Et finalement, ils ont prononcé son nom, meilleur second rôle féminin, Christine Rapp. Dieu que j'étais content. Je l'étais. J'arrêtais pas de l'encourager, genre...

 

Un cri de Christine les arrête.

Christine : Il va me tuer.

 

Elle leur montre un mot écrit sur la glace de la salle de bains :

La prochaine fois, je t'aurai.

 

Au commissariat.

Nathalie : Comment est-il entré ?

Monk : Je ne sais pas. Peut-être par le sous-sol

Nathalie : Elle doit être mal.

Monk : Elle devient folle. Je lui ai dit d'aller à l'hôtel, sous un faux nom.

Disher : Bonne idée. Pas d'empreinte sur le rouge à lèvres. Pas d'empreintes sur le miroir et l'écriture correspond aux lettres. Elles sont toutes postées de Sunset Heights.

Monk : Il y a des fibres, de l'ADN ?

Disher : Négatif. Sur les enveloppes non plus.

Monk : Un instant.

Nathalie : Quoi donc ?

Monk : Ça a l'air dingue, mais j'ai déjà vu cette écriture avant.

Nathalie : Où ça ?

Monk : Je ne sais pas. Quelque part.

Disher : Il a dû la changer. En se servant de la main gauche.

Nathalie : Ça paraît logique.

Disher : Ou un gaucher avec la main droite.

Nathalie : Ça paraît logique.

Disher : Ou un ambidextre qui s'est sûrement saoulé avant d'écrire.

Nathalie : Ça paraît moins logique.

 

Monk reconnait dans le bureau du capitaine l’acteur qui jouait Billy dans la série.

Stottlemeyer : Vous voulez les voir de nouveau ?

Pas besoin.

Steven Dorn : Je ne les ai pas écrites.

Stottlemeyer : Où étiez-vous ce matin, aux alentours de 7 h 45 ?

Steven : Je J'étais au lit, seul.

Stottlemeyer : Ce n’est pas de chance.

Steven : Je suis d'accord.

 

Disher : "Fermez là."

Monk : Je me demande de quoi il parle.

Nathalie : Vous devriez vraiment lire son livre.

Monk : Plus tard, quand j'aurais le temps. Je veux le savourer.

Nathalie : Voilà ce qu'il y a. Vous n’allez pas le savourer, croyez-moi.

 

Monk : C'est Billy Cooper ?

Disher : Oui, c'est le gars qui jouait Billy Cooper.

 

Monk rentre dans le bureau. Stottlemeyer montre la photo du suspect à Steven.

Stottlemeyer : C'est vous ?

Steven : Ça peut être n'importe qui.

Stottlemeyer : Ce n'est pas ce que j'ai demandé.

Steven : Ce n'est pas moi.

Stottlemeyer : Vous avez un sweatshirt identique ?

Steven : Je viens de vous dire que ce n'est pas moi. Suis-je suspect ou...

 

Monk : Crotte de bique. Salut, Steven. Hé, crotte de bique. Steven. Crotte de bique ! Crotte de bique !

Stottlemeyer : Monk, venez ici.

Monk : C'est ce que vous disiez presque toutes les semaines. Vous vous souvenez ?

Steven : Si je m'en souviens ? Ça me dit vaguement quelque chose. Qui est ce type ?

Monk : Adrian Monk. Vous aussi avez reçu des lettres ? Oh, mon Dieu. Il en a sûrement après tout le casting. Ça va aller. On a une photo du gars. On a son écriture. Écoutez, on va... On va attraper ce gars. Lui et moi, ne vous inquiètez pas. Vous avez ma parole, il a choisi la mauvaise famille.

Stottlemeyer : Monk, nous interrogeons M. Dorn sur l'accident de ce matin. Je l'interroge.

Monk : C'est une blague, capitaine ? Il était dans "Le Clan Cooper." C'était Billy. Billy Cooper. Dites, "Crotte de bique." Allez, dites-le.

Stottlemeyer : "Son ancien partenaire, Steven Dorn, a déclaré 'pour moi, Christine Rapp est morte.'"

Steven : C'est une façon de parler.

Stottlemeyer : "C'est une grande gueule, une menteuse et une clocharde ». "La prochaine fois que je la croise, j'espère conduire un camion."

Monk : Vous avez dit ça ? Pourquoi ?

Steven : Parce que c'est une grande gueule, une menteuse et une clocharde.

Monk : On parle de la même Christine Rapp, l'actri... C'est... C'était votre sœur.

Stottlemeyer : Il n’a pas lu le livre, hein ?

Nathalie : Non.

Stottlemeyer : Je sais que vous n'êtes plus en service officiellement. Et je ne peux pas vous donner d'ordre, mais je vous ordonne de rentrer et de lire ce livre.

 

Chez lui, Monk lit le livre de Christine.

Monk : Oh, mon Dieu. Mon Dieu. Oh... mon... Dieu.

Nathalie : Ça va ?

Monk : C'est horrible. C'est horrible. Vous buvez quoi ?

Nathalie : Du thé.

Monk : C'est chaud ?

Nathalie : Oui.

Monk : Bien. Versez-le dans mes yeux. Allez-y, aveuglez-moi.

Nathalie : Vous savez, c'est une actrice. Elles ont toutes des problèmes surtout quand elles commencent jeunes. Judy Garland...

Monk : C'est quoi ça ?

Nathalie : Je ne sais pas.

Monk : Merci de ne pas savoir.

Nathalie : De rien.

Monk : C'est incroyable. Normal qu'on essaye de la tuer. Tous ceux qu'elle connaît ont un mobile. Tous ceux qui ont lu ça ont un mobile. Il manque une page, la page 73.

Nathalie : Elle est peut-être tombée.

Monk : Les pages ne tombent pas.

Nathalie : Elle est tombée.

Monk : On l'a déchirée.

Nathalie : Elle est tombée. Arrêtez, arrêtez. Non, vous ne voulez pas la lire.

Monk : Ça ne peut pas être pire.

Nathalie : Vous voulez parier ?

Monk : Je dois savoir.

Nathalie : M. Monk, s'il vous plaît. S'il vous plaît.

Monk : C'est mon livre, laissez-moi la lire.

Nathalie : Laissez-moi.

Monk : Que faites-vous ?

Nathalie : C'est pour votre bien.

 

Le soir, Christine, cachée par un chapeau et des lunettes noires, prend une chambre dans un motel.

Hôtelier : Ça fait 87 $. Mastercard ou...

Christine : Vous prenez le liquide ?

Hôtelier : Ça fera l'affaire.

Christine : 85, 86, 87.

Hôtelier : Génial. Je vous connais ?

Christine : Non, vous ne me connaissez pas.

Hôtelier : Chambre huit, juste en haut des escaliers.

 

Elle prend l’escalier, une ombre la suit. Un coup de feu retentit dans la nuit, un homme tombe, touché.

Hôtelier (au téléphone): Hello, je suis au Safari près de l'aéroport. Quelqu'un s'est fait tirer dessus.

 

La police est sur les lieux.

Disher : Ça ne sera plus très long.

Monk : La voilà.

Disher : Quelqu'un d'autre savait que vous étiez là ?

Kim : Il a dû la suivre.

Disher : Vous vous êtes enregistrée.

Christine : Je me suis enregistrée. J'allais vers ma chambre. Il était là. Il est venu à moi. Vous avez vu une arme ?

Christine : Un couteau. Il en avait un. Il a dit, "Cette fois, je te tiens." J'avais un pistolet dans mon sac. Je l'ai sorti. Je n'ai pas réfléchi. J'ai juste fermé les yeux et... Bang.

Stottlemeyer : Salut, Monk, ça va ? Si vous avez le temps, le corps est par là. Merci.

Nathalie : Qui est-ce ?

Stottlemeyer : Ah, personne. Enfin, vous allez vous en rendre compte. Timlinson. On a fait des recherches. Aucune arrestation. Pas même un PV. Manager d'un Taco Bell. Avant ça, 15 ans dans les eaux et forêts. Avant cela, il était au courrier dans une société de comptables. Et avant, deux ans dans un IUT. Discret toute sa vie, jusqu'à il y a une heure.

Nathalie : Et il a écrit toutes ces lettres ?

Stottlemeyer : On dirait. Il y en avait plus dans son manteau. Et l'analyse graphologique correspond, d'après moi. Et il vit à Sunset Heights. C'est là que les lettres ont été postées.

Nathalie : Pourquoi faire ça ?

Monk : Il aimait peut-être la série. Qu'elle était tout pour lui et qu'elle a trahi tout ce que ça représentait.

Stottlemeyer : Il a lu le livre, c'est ça ? Pas la page 73 ?

Nathalie : Je l'ai mangée.

Stottlemeyer : Bien.

Disher : Mlle Rapp, vous vous souvenez de ça ? On l'a trouvé dans votre voiture.

Christine : Non, mais j'en ai signé des millions.

Monk : J'imagine.

Christine : M. Monk, merci d'être là.

Disher : Vous ne l'aviez jamais vu auparavant ?

Christine : Peut-être. Je rencontre beaucoup de gens.

Monk : On sait, on a lu le livre. Vous auriez dû appeler votre ami, Bob Denver.

Nathalie : M. Monk ! Je suis désolée. Il n'avait rien lu de pareil auparavant.

Kim : Je peux la raccompagner ?

Disher : Oui. On va avancer sa voiture. On verra le reste demain.

Christine : Désolée de vous décevoir.

Monk : Est-ce vrai, ce qu'il y a dans le livre ? Ces choses... que vous avez faites ?

Christine : Pas complètement.

Monk : Je le savais. Je le savais. Dieu merci.

Christine : J'ai fait bien pire. Des choses que je ne pourrais même pas écrire. J'étais jeune. Pas vous ? Hein ? Peut-être pas. Mais vous étiez seul. Ça se voit. J'étais juste une fille. Rien qu'une fille, essayant d'être moins seule.

Monk : Je n'ai pas beaucoup de souvenirs joyeux. Regarder cette série en faisait partie. Plus maintenant.

Christine : Si c'est vrai, j'en suis désolée. Vous me pardonnerez ?

Monk : Non

 

Le lendemain, chez Monk.

Natalie : Je sais que vous n'aimez pas les surprises. Je vous préviens. Je vais vous faire une surprise.

Monk : Quoi ? Quand ?

Natalie : Dans 10 secondes. C'est une sorte d'avertissement, une alerte-surprise.

Monk : Attendez. Vous ne pouvez pas faire irruption en disant "alerte-surprise." Vous devez me prévenir.

Natalie : OK, désolé. Attention à l'alerte-surprise. Alerte-surprise ! Bon... Surprise ! J'ai appelé Ambrose, il m'a dit votre en-cas préféré. 10 crackers ronds, un verre de jus de pomme avec un glaçon.

Monk : Que se passe-t-il ?

Natalie : Et j'ai loué ça, votre série préférée.

Monk : Je n'ai pas de série préférée.

Natalie : Je sais à quel point c'est important pour vous. Vous pouvez toujours l'apprécier et la regarder. Très bien, vous avez 12 ans. On est mardi soir. Vous avez attendu toute la semaine. - ♪♫ C'est l'heure du "Clan Cooper." ♪♫ Soyez comme chez vous avec le Clan Cooper, vous ne serez jamais seul avec le Clan Cooper, il y a Billy, Janey, Cathy et Dan sans oublier Skip ♪♫.

Monk : C'est Scamp.

Natalie : Scamp, descends du canapé !

Monk : Vous avez gâché votre argent. Je ne peux pas le regarder.

Natalie : Oubliez Christine Rapp et son livre débile. Tout le monde est dingue à Hollywood et si on y réfléchit bien, personne n'irait au cinéma.

Monk : Je n'y vais pas.

Natalie : Ou regarder la télé.

Monk : Je ne la regarde pas.

Natalie : Vous m'avez comprise.

Monk : Non.

Natalie : Essayons. Essayons d'en regarder un. Lequel vous voulez voir ? Voyons voir. - "Pas de feu sans fumée." - Ça l'air drôle. - "La soirée pyjama." "Punie à vie." - Ils ont tous l'air géniaux. Mettons le premier.

 

Monk parait soudain intéressé par la boite du DVD.

Monk : Épisode 4, "Bras cassé, cœur brisé."

Natalie : Bon choix. Épisode 4.

 

Générique : ♪♫ Soyez comme chez vous avec le Clan Cooper, vous ne serez jamais seul avec le Clan Cooper ♪♫

 

Monk : Avance rapide.

Natalie : Ça commence juste.

Monk : Avance rapide. Lecture.

Natalie : Lecture.

 

Christine, enfant : Hé, Jimmy, tu veux signer mon plâtre ? Les gens cools

ne veulent pas signer mon plâtre.

 

Monk : Arrêt sur image. Arrêt sur image. Les "e" et les "t". C'est la même écriture.

Natalie : Que quoi ?

Monk : Que le miroir et les lettres envoyées à Christine Rapp. Je les avais déjà vus. Elle s'est écrit ces lettres de la main gauche.

Natalie : Pourquoi ?

Monk : Pour qu'elle puisse tuer Victor Timlinson et prétendre la légitime défense. C'était un coup monté.

Natalie : Vous avez entendu le capitaine. Il n'était personne.

Monk : Hé bien, il était quelqu'un pour elle.

 

Monk et Natalie se rendent chez Timlinson. Lorsqu’ils entrent, l’appartement est en désordre et sale.

Natalie : Hello ? M. Timlinson ? ne crois pas qu'il soit là.

Monk : Peut-être pas. Il est célibataire et il est mort.

Natalie : Oh ! oui ! Quoi ? Vous entrez ?

Monk : Ça serait un crime de pas le faire.

Natalie : Ça en serait un de le faire.

Monk : Alors, peu importe. Ne touchez rien.

Natalie : Je vais essayer.

Monk : Je me parlais à moi-même.

Natalie : Qu'est-ce qu'on cherche ?

Monk : Un lien entre ce type et Christine Rapp. Elle l'a tué exprès, ils devaient se connaître.

Natalie : Je ne vois rien.

Monk : Exactement. Voilà ce qui cloche. Je veux dire, il était obsédé par elle, non ? Où sont les photos ? Où est la lunch box ? Il devrait y avoir un sanctuaire.

Natalie : Je vais vérifier derrière.

 

Monk prend un livre sur une étagère.

Monk : Décoration d'intérieur ? Je ne pense pas. - Natalie, regardez ça. Je l'ai.

 

Monk se précipite pour rejoindre Natalie, il est assommé par un intrus qui casse un vase sur sa tête. Pendant sa perte de conscience, Monk rève, il fait partie de la série.

 

Le père : C'était le vase préféré de votre mère.

La mère: C'était un héritage. Vous savez ce que ça veut dire ?

Janey : Facilement cassable ?

Billy : Papa, tu es chirurgien. Tu peux pas l'opérer ?

Le père : J'aimerais bien, mais j'ai peur que dans ce cas, le patient ne se réveille jamais.

La mère: Vous savez qu'on ne doit pas courir dans la maison. Nous voulons savoir. Qui a cassé le vase ? Danny, Tu as quelque chose à dire ?

Danny : Peut-être un fantôme. J'ai toujours pensé que le salon était hanté.

Cathy : La fenêtre était ouverte. C'est peut-être un raton-laveur.

Le père : Je ne pense pas. Et ce n'est pas un fantôme. Je pense que le coupable est dans cette pièce.

Cathy : Pourquoi tu nous accuses ? Pourquoi tu ne t’en prends pas à Adrian ?

Danny : Tu ne le suspectes même pas.

Cathy : Adrian n'a jamais d'ennuis. Adrian est parfait.

 

Monk entre dans le salon.

Monk : Salut, maman. Salut, papa. Salut, Danny. Salut, Cathy. Salut, Billy. Salut, Janey. Pardon pour le retard. J'étais débordé à l'école parce que je suis trop populaire. Oh, devinez quoi ? Je suis dans l'équipe de football. Et devinez quoi d'autre ? Je suis quarterback, le quarterback populaire. Et personne ne se moque de moi tellement je suis populaire.

La mère : C'est merveilleux, Adrian. Mais ne lance pas le ballon dans la maison.

Janey : Pourquoi pas ? Le vase est déjà cassé.

Le père : Je suis fier de toi, fiston. Merci d'être un garçon merveilleux.

Monk : De rien, papa. Et merci de... ne pas t'en aller, en nous abandonnant.

Le père : Je ne ferais jamais cela. Ne t'inquiète pas.

Monk : Cathy, tu as quelque chose à dire à papa et maman ?

Cathy : Maman, papa, je dois vous faire un aveu. Scamp a cassé le vase.

Le père : Scamp ?

Cathy : On voulait pas vous le dire. On avait peur que vous le renvoyiez au chenil.

Le père : Je comprends pourquoi vous avez fait ça, mais c'est pas bien de mentir.

Cathy : Pardon, papa.

Monk : Rien d'autre à avouer ?

Cathy : J'ai lu le journal intime de Janey.

Monk : Non, tu sais de quoi je parle. Je parle de ça.

Danny : Les trophées que tu as gagnés au sport ?

Monk : Non, pas mes trophées. Je parle de son Silver Globe. Tu ne l’as pas vraiment mérité, non ?

Cathy : Je vois pas de quoi tu parles.

Monk : Voilà ce qu'il s'est passé. - Il y a 35 ans, après l'arrêt de la série, ta carrière était en péril.

Cathy : Je n'écoute pas.

Monk : Quand tu étais nominée pour ce prix, tu savais que c'était ta dernière chance et que tu ferais tout pour gagner. Tu as rencontré un fan, Victor Timlinson. Il t'a dit où il travaillait. C'était la chance de ta carrière. Il travaillait pour des comptables, Fineman et Kelly. Ils comptabilisaient les votes pour toutes les grandes récompenses. Dont les Silver Globes. Il travaillait au courrier il était donc le premier à voir les votes. Je ne sais pas comment tu as fait, si tu l'as payé ou charmé. Mais tu l'as convaincu de truquer les résultats. Les années passèrent. Tu pensais sûrement ne pas le revoir. Mais quand il a appris pour ton livre, M. Timlinson réapparut. Il devint gourmand. Il a essayé de t'intimider. Il a menacé de révéler comment tu as vraiment gagné ça. Tu savais qu'en le payant, il en demanderait plus. Ils le font tous. Alors, tu as décidé de le tuer.

Cathy : N'importe quoi.

Monk : Tu l'as piégé ! Tu t'es envoyé les lettres, fait exploser ta voiture. Lundi soir, tu avais prévu de le retrouver à l'hôtel. Tu l'as tué. Tu as mis ce couteau dans sa main et les lettres dans son manteau.

La mère : On en a discuté. Tuer des gens n'est pas la solution.

Le père : J'ai peur que tu sois punie, mademoiselle.

Cathy : C'est pas juste. Il a pas de preuves. Le procureur va vous rire au nez.

Monk : Je ne crois pas. Parce que j'ai trouvé ça dans l'appartement de Timlinson dans un livre creux. Les votes originaux. Timlinson a dû en garder, en guise d'assurance.

Le père : Tu me déçois beaucoup.

Monk : Il n'y a pas qu'elle ! Cette famille entière est déglingo. Tout est dans son livre. Vous savez où est Janey, maintenant ? À Miami, dansant dans un bar à strip-tease.

Janey : J'avais le choix ? J'ai un bébé à nourrir. Danny ne me verse pas de pension alimentaire. J'en ai pas vu un centime.

Danny : Comment être sûr qu'il est de moi ?

Billy : Et moi ?

Monk : Tu es accro à la méthadone. C'était le dernier boulot que tu as eu.

Billy : Crotte de bique.

Monk : Vous avez entendu ça ? Pourquoi est-ce qu'ils rient ? Qu'est-ce que vous...

 

Monk reprend connaissance, N atalie est en train de se battre avec une femme, qui se révèle être Christine Rapp.

Natalie : M. Monk, aidez-moi.

Monk : Je n’ai pas fini.

Natalie : M. Monk, aidez-moi ! M. Monk, aidez-moi. Aidez-moi, s'il vous plaît. M. Monk, aidez-moi.

Monk : Arrière ! Arrière. Ne bougez pas. Restez là. Restez là et ne bougez pas. - Vous avez de gros, gros ennuis, Mademoiselle. Épisode 5, Saison 2, "Punie à vie." J'adorais cet épisode.

 

Plus tard, chez le libraire.

Libraire : Je peux vous aider ?

Monk : J'aimerais vous rendre ça.

Libraire : Il y a un problème ?

Monk : Oui, il y en a un. C'est une pute.

Natalie : Et elle a tué quelqu'un.

Monk : Ça aussi.

Libraire : Désolé que vous soyez déçu. - Voilà. - Autre chose ?

Monk : Oui, ça ne vaut pas la peine. Vous vous rappelez quand j'ai dit que vous pouviez garder la monnaie ?

Libraire : Y en avait pour combien ?

Monk : 12... centimes.

Libraire : Excusez-moi.

Monk : Il y a un problème ?

Libraire : Cette page vient d'un autre livre. Elle est collée.

Monk : Je ne crois pas.

Libraire : "Oliver pouvait faire ce qu'il voulait de ses anciennes affaires. Il les donna à un serviteur qui était gentil." Ça vient d'Oliver Twist.

Natalie : Je vous l'avais dit. Désolée, j'ai essayé de lui dire.

Monk : Maintenant, je me rappelle. Elle a mangé la page 73, alors j'ai mis une autre page, une page différente.

Libraire : Vous avez abîmé le livre.

Monk : En fait, je l'ai amélioré. C'est du Charles Dickens. C'est un classique.

Libraire : Je ne comprends pas. Pourquoi faire ça ?

Monk : Je crois que le panneau dit, "pas de questions."

Natalie : Désolée.

 

Dans la rue, Monk soupire.

Natalie : Quoi ?

Monk : C'était la seule famille que j'avais. Maintenant, je n’ai plus rien.

Natalie : Ce n'est pas vrai, vous m'avez moi. Et vous avez Julie, Randy, le capitaine. Comme une famille.

Monk : Ça n'est pas pareil.

Natalie : Bien sûr que si.

Monk : Vous ne dites pas de trucs drôles.

Natalie : Bien sûr que si.

Monk : Dites quelque chose de drôle.

Natalie : Je ne peux pas dire un truc drôle, là, comme ça.

Monk : Cathy Cooper le faisait.

Natalie : Elle avait des scénaristes. Attendez, j'en ai une. - Toc, toc.

Monk : C'est pas drôle.

 

 

Kikavu ?

Au total, 32 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

pilato 
27.08.2018 vers 14h

Aloha81 
29.07.2018 vers 16h

diana62800 
30.03.2018 vers 15h

vampire141 
10.02.2018 vers 23h

Valerie42 
27.09.2017 vers 00h

Kiraven 
20.04.2017 vers 17h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci au rédacteur qui a contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente

Sondages
05.03.2020

Les Acteurs
25.02.2020

Tony Shalhoub
07.02.2020

Actualités
John Turturro au casting du film Batman

John Turturro au casting du film Batman
John Turturro est annoncé dans le film Batman réalisé par Matt Reeves dont la sortie en salles est...

Monk - Nouveau sondage

Monk - Nouveau sondage
Le précédent sondage portait sur les résolutions que Monk devrait prendre au sujet de ses phobies....

L'intégrale de Monk disponible sur Amazon Prime Video

L'intégrale de Monk disponible sur Amazon Prime Video
Si vous n'avez pas encore eu l'occasion de voir la série Monk dans son intégralité, vous profiterez...

John Turturro succède à Sean Connery dans Le Nom de la Rose

John Turturro succède à Sean Connery dans Le Nom de la Rose
Le roman d'Umberto Eco, Le Nom de la Rose, fait l'objet d'une nouvelle adaptation plus de trente ans...

HypnoCup 2019 : pas de miracle pour Adrien

HypnoCup 2019 : pas de miracle pour Adrien
Le parcours d'Adrien Monk dans la compétition de l'HypnoCup 2019 est terminé. On savait le combat...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

chrismaz66, Aujourd'hui à 12:33

Hey, nouveau sondage de circonstance chez Dr House, votez! Et bon dimanche à tous ^^

mnoandco, Aujourd'hui à 13:06

SOS!!! si vous avez visionné la saison 6 de Blacklist et pas encore voté aux HypnoAwards, ce serait super sympa d'y allé de ce pas ...

mnoandco, Aujourd'hui à 13:07

ne serait-ce que 4 ex aequo pour la catégorie 1 en vote jusqu'à aujourd'hui minuit...ce serait bien de pouvoir les départager...

mnoandco, Aujourd'hui à 13:08

Merci d'essayer au moins

Kika49, Aujourd'hui à 14:02

Hello la citadelle, venez sur le quartier The Resident faire nos animations (écriture et création), pas besoin de connaître la série.

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site

Retrouvez la chaine Hypnoweb.net
sur Blasting News