VOTE | 88 fans

#102 : Monk n'est pas dupe

Titre VO : "Mr. Monk and the Psychic"

Diffusion US : 19 juillet 2002

 


Une voiture manque un virage et tombe dans un ravin. Harry Ashcombe, ancien commissaire de police de San Francisco contacte la police : sa femme Kate, a disparu.

Quelques temps après, Dolly Flint, une médium bien connue de la police, signale qu’elle a trouvé la trace de Kate et indique le ravin où trouver la voiture accidentée.

Concluant à un accident, la police classe le dossier. Pour Monk, cette affaire ne fait que commencer …

 

Popularité


4 - 4 votes

Titre VO
Mr. Monk and the Psychic

Titre VF
Monk n'est pas dupe

Première diffusion
19.07.2002

Diffusions

Logo de la chaîne TV Breizh

France (redif)
Mardi 08.11.2016 à 19:50

Plus de détails

Producteurs exécutifs - David Hoberman, Andy Breckman
Producteur -
Jane Bartelme
Scénariste -
John Romano
Réalisateur -
Kévin Inch

- - - - - -      Cast      - - - - - -
John Bourgeois - Commissaire Harry Ashcombe
Linda Kash - Dolly Flint
Dean Monroe McKenzie - P.R. Spokesperson
Bill Lake - le propriétaire du matériel
Andrew Gillies - Daniel
Roger Petersen - journaliste 1
J.C. Kenny - journaliste 2
Julian Tassielli - le policier en uniforme
Bryan Hatt - le secrétaire
Jenny Levine - Jennifer
Donald Trump - un homme à la fête
Marie V. Cruz - une détective
- - - - - - - - - - -

Monk n'est pas dupe

L’épisode commence avec une femme, Katherine, au volant de sa voiture en train de téléphoner à son mari pendant la nuit sous une pluie battante. Il lui demande constamment où elle est et il lui dit de se dépêcher car son chien est blessé. L’épouse, paniquée, accélère et roule de plus en plus vite. A ce moment, on voit le mari qui met un tremplin au tournant de la route. La femme roule dessus et…boum. L‘homme  est un ancien commissaire : Harry Ashcombe, un ami de Leland. Il donne une conférence de presse et dit que sa femme a disparu il y a 72 heures. Plus tard une autre dame se réveille dans sa voiture au milieu de nulle part et découvre la femme du commissaire morte ! Elle s’appelle Dolly Flint et est voyante. Elle dit à la police que c’est Katherine qui l’a appelée et l’a conduite jusque là. En inspectant la route, Monk découvre que quelque chose de métallique a été traîné dessus. Il voit aussi que la trajectoire n’a aucun sens par rapport à l’endroit où la voiture a atterri. Il remarque également qu’un arbuste se trouvant à cet endroit n’a pas été fauché ! Il descend où est l’accident et regarde de loin car il y a de la boue autour. En remontant dans sa voiture Dolly avance son siège. Monk s’en est aperçu. Stottlemeyer conclu que Katherine roulait trop vite et qu’elle n’a pas vu le tournant. Affaire classée. Après l’enterrement Monk est convié à une réception en l’honneur de Katherine. En le remerciant, Harry serre la main de Monk avec les siennes (les 2 !!!!) =>Monk va en haut pour chercher après la salle de bain et découvre toutes les affaires de Katherine déjà emballées et dans des cartons. Il retourne en bas et examine le courrier d’Harry. Il y a un colis qui lui a été refusé et renvoyé. Il s’agit d’un colis adressé à une certaine Jennifer. Monk et Sharona lui rendent visite. Elle leur avoue qu’ils avaient une liaison et qu’il est dangereux. Adrien pense qu’Harry a mis quelque chose sur la route pour tuer sa femme. Sharona a une consultation chez la voyante. Elle lui dit qu’elle va rencontrer un homme avec un golden retriever et un nom commençant pas un « D ».  Monk trouve des cachets pour dormir dans la cuisine de Dolly car elle est insomniaque. En sortant, il prend un caillou dans son allée. A la tombée de la nuit, Adrian se rend chez Harry et décoince un caillou de la roue de sa voiture. Le lendemain il demande à un expert de les analyser. Celui-ci  déclare que les cailloux sont parfaitement identiques. De plus ils sont assez rares. La seule explication est que la voiture a roulé sur l’allée=> Harry a été chez Dolly. Par la suite, Monk  apprend d’Harry que sa femme était assurée à deux millions de dollars ! Voila ce qu’il s’est passé : Ashcombe a tué sa femme mais il a eu un problème : le glissement de terrain qu’il y a eu ce jour là a enseveli la voiture. L’assurance ne donnera rien tant qu’on ne retrouvera pas la voiture. Alors, Harry s’est arrangé pour que Flint trouve le corps. Monk demande l’aide du capitaine Stottlemeyer pour le prouver. Harry rentre chez lui, Leland, Monk, Sharona, Flint et quelques policiers sont là. Dolly « sent » que Jenny est là aussi. Elle trouve du sang sur un tisonnier. Sharona découvre une chaussure de femme. La voyante court dehors, et retrouve Jenny la tête en sang. Dolly accuse Harry de l’avoir tuée. Il dément, et dit qu'elle a tout inventé. Il s’énerve. Monk en rajoute une couche en disant que Dolly a quand même retrouvé sa femme… Harry répond qu’elle n’est pas voyante et que c’est lui qui l’a emmenée. Jenny se « réveille ». Tout cela était une mise en scène de Monk. A la fin de l’épisode, Sharona et Adrian se baladent dans un parc et c’est là que Sharona rencontre un homme du nom de Daniel avec un golden retriever…

De Lio2211

EXTÉRIEUR – Sur la routeSoirée

Une voiture circule sur la route et le téléphone se met à sonner.

Katerine Ashcombe : Harry, tu es là, Harry.

Harry est sur le bord de la route en train de déplacer quelque chose.

Harry Ashcombe : Kate, où est-ce que tu es ?

Katerine Ashcombe : (Au téléphone.) J’arrive, j’arrive, je serai là dans vingt minutes. Comment va-t-elle ?

Harry Ashcombe : (Pendant qu’il dépose le bloc sur la route.) Je n’en sais rien, le vétérinaire n’a pas voulu que je la vois.

Katerine Ashcombe : Mais qu’est-ce qu’il t’a dit ?

Harry Ashcombe : (Au téléphone.) Qu’elle avait été touchée par une voiture.

Katerine Ashcombe : (Au téléphone ; pendant qu’il dépose un autre bloc sur la route.) Oh, Seigneur.

Harry Ashcombe : Il pense que les pattes arrière sont cassées. (En réalité, la chienne est dans la voiture de l’homme et elle va très bien.)

Katerine Ashcombe : (Au téléphone ; tandis que la chienne saute dans la voiture.) Mon pauvre bébé. (De retour dans la voiture alors qu’elle est toujours paniquée.) Elle est sortie dans la rue mais comment a-t-elle réussi à faire ça ?

Harry Ashcombe : Ah j’en sais rien, peut-être que Maria a laissé la porte ouverte.

Katerine Ashcombe : (Au téléphone ; alors que la voiture arrive près de celle de l’époux.) Non, je ne crois pas, elle fait toujours très attention.

Harry Ashcombe : (Au téléphone.) Où es-tu maintenant ?

Katerine Ashcombe : Je viens de passer la station des rangers. Oh, jamais je ne lui pardonnerai s’il n’arrive pas à la sauver.

Harry Ashcombe : Dépêche-toi.

Katerine Ashcombe : Mais je fais aussi vite que je peux.

La voiture accélère toujours tandis que le mari est toujours sur la route. Il se cache et la voiture fonce vers les blocs. Kate se met à crier et la voiture fait une embardée. Le mari regarde en contrebas.

 

OUVERTURE

 

La vue montre la ville de San Francisco, Adrien est chez lui, nettoyant la fenêtre, met de l’eau chaude sur la brosse à dent dans un bocal, il se brosse les dents et s’essuie la bouche, prend une chaussette. Il passe le haut du mur à l’aspirateur, ouvre un placard où se trouvent ses costumes ainsi que ses uniformes, il en prend un mais c’est juste pour récupérer sa veste, il la met et ferme le placard. Il se nettoie les dents avec du fil dentaire. Il s’en va mais revient car un parapluie n’est pas dans le bon sens que les autres, il le remet droit.

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeJournée

Des policiers se trouvent dans une salle de conférences où quelqu’un est sur le point de parler. Adrien et Sharona arrivent.

Policier : (Accostant Sharona.) Oh, oh, oh, carte de presse ?

Sharona : (Pendant qu’Adrien touche le drapeau.) Non.

Policier : Vous êtes sur la liste ?

Sharona : Non.

Policier : Alors, vous n’entrez pas.

Sharona : Je suis avec monsieur Adrien Monk.

Policier : (Le voyant toujours touchant le drapeau.) Euh, alors ça change tout, désolé monsieur, je ne savais pas.

Sharona : Est-ce qu’on peut se mettre là-bas ? On n’aime pas être touché. (Le policier fait oui de la tête, ce qui lui permet à Sharona de faire venir Adrien.) Adrien, Adrien, allez viens. (Ils rentrent dans la pièce alors qu’un homme est au pupitre pour s’exprimer.)

Homme : Comme vous l’imaginez, ces trois derniers jours ont été bien difficiles et bien douloureux pour tout le service. Nos prières vont vers la famille Ashcombe. Notre ancien commissaire est ici et il a tenu à dire quelques mots. Commissaire.

L’ancien commissaire arrive au pupitre où il s’apprête à parler.

Harry Ashcombe : Il y a maintenant 72 heures que ma femme Katerine a disparu. Je tiens à tous vous remercier pour vos prières et votre soutien, je ne l’oublierai jamais. (Adrien regarde attentivement vers Ashcombe.) Il y a quelqu’un quelque part qui sait ce qui est arrivé à ma femme, j’espère pouvoir compter sur votre amitié, pour nous fournir le moindre renseignement que vous pourriez avoir. Kate, si tu m’entends, accroche-toi chérie, je t’aime. (Adrien comprend ce que le commissaire traverse puisqu’il met son doigt sur son front.) Ne baisse pas les bras.

Journaliste 1 : Votre famille a-t-elle était menacée ? Où était votre femme lorsqu’elle a disparu ?

Pendant que le commissaire s’en va, les journalistes continuent de poser des questions. Le capitaine Stottlemeyer arrive vers Adrien, surpris.

Stottlemeyer : Monk, qu’est-ce que vous faites ici ?

Monk : Je suis venu aider.

Stottlemeyer : Vous voulez aider, faites des prières.

Monk : Je peux faire plus, capitaine, vous le savez.

Stottlemeyer : Est-ce que vous imaginez ce que cet homme traverse.

Monk : Oui, ça oui.

Stottlemeyer : (Comprenant ce que veut dire Adrien.) Très bien, suivez-moi. (Ils rentrent dans un couloir où se trouve des policiers mais aussi l’ancien commissaire.) Commissaire. (Il se retourne.) Adrien Monk.

Harry Ashcombe : Oui, bien sûr. Comment allez-vous lieutenant ? (Il avance sa main pour qu’Adrien la serre.)

Monk : Je suis un ancien lieutenant.

Harry Ashcombe : Plus pour longtemps j’espère, vous nous manquez. (Sharona donne une lingette à Adrien pour qu’il s’essuie les mains.) Merci d’être venu.

Monk : Monsieur, s’il y a quoi que ce soit que je puisse faire, je suis disponible vingt-quatre heures sur vingt quatre. (Il enlève les pellicules sur la veste.)

Harry Ashcombe : Je vous remercie, c’est gentil.

Monk : Je, je, je, je commence à bien connaître ce genre de crime.

Stottlemeyer : (Le reprenant.) Il s’agit d’une personne portée disparue, il ne s’agit pas encore d’un assassinat.

Monk : Oui, bien sûr, je sais tout ça, croyez bien que je suis désolé. (Il continue de l’autre côté de la veste.)

Sharona : Adrien.

Monk : Je voulais seulement vous dire que si les choses empirent, et je prie pour que ce ne soit pas le cas, je crois sincèrement que je vous serais utile.

Sharona : (En souriant.) Vous ne serez pas déçu, monsieur, c’est le meilleur.

Harry Ashcombe : Eh bien, il serait ridicule de se passer de vos compétences. Leland, veillez à ce qu’il ait libre accès à tous les dossiers.

Stottlemeyer : Bien, monsieur.

Harry Ashcombe : Lieutenant, bienvenue au club.

Monk : Merci, monsieur, merci. (Il touche encore la veste et s’en va. Le commissaire semble inquiet.)

 

EXTÉRIEUR – Près de l’océanJournée

Une voiture est piégée sur le sable et une femme se trouve à l’intérieur. Elle se réveille et ne comprend pas ce qu’elle fait là.

Dolly Flint : Je suis où ? (Elle sort de la voiture et tourne autour d’elle ne sachant pas ce qu’elle est venue faire à cet endroit. En face d’elle, elle découvre une autre voiture avec une femme morte à l’intérieur. C’est la voiture de Katerine Ahscombe. Des policiers sont sur les lieux et un ambulancier tente de sortir le corps d’Ashcombe. Un scientifique prend une photo. La femme parle à Randy.) Elle m’a appelée et elle m’a conduite jusqu’ici, voilà comment ça s’est passé. Je conduisais la voiture mais c’est son aura qui guidait mes gestes. Notez ça lieutenant, c’était son aura, ensuite je me suis réveillée et j’étais là, elle voulait que ce soit moi qui la trouve. (Pointant son bras vers la voiture.) Elle n’avait aucune envie de rester une éternité sous un tas de boue, ça peut se comprendre, non.

Disher : Vous ne connaissiez pas madame Ashcombe ?

Dolly Flint : Non, jamais vu jusqu’à ce matin.

Disher : Eh, connaissez-vous son mari ?

Dolly Flint : Jamais eu l’honneur.

Stottlemeyer : Y a-t-il autre chose, mademoiselle Flint ?

Dolly Flint : Je vous en prie capitaine, appelez-moi Dolly. (Elle pose sa main sur son épaule.) Ça fait plus de vingt ans qu’on se connait.

Stottlemeyer : « Hello » Dolly.

Dolly Flint : (À Randy.) Il ne vous a rien dit, il m’a arrêté trois fois pour escroquerie. Il a toujours cru que mon truc c’était du pipeau. Hein, capitaine, vous n’auriez jamais pensé que je retrouverai quelqu’un. (Allant vers la voiture.) Oh bonjour, excusez-moi, vous pouvez me prendre en photo avec la voiture.

Stottlemeyer : Dolly, Dolly, non, non, non, non, c’est un photographe de la police. (Il l’attrape par le bras.) Ce n’est pas un journaliste. (Il l’amène vers Randy.)

Adrien se trouve en haut avec Sharona sur la scène du crime. Il est sur la route et tente de comprendre la trajectoire de la voiture, il fait des allers-retours. Des traces se trouvent sur la route.)

Stottlemeyer : Qu’est-ce que vous faites ?

Monk : Regardez.

Stottlemeyer : Quoi ?

Monk : On dirait que, que quelque chose a été peut-être tiré sur la route, quelque chose en métal.

Stottlemeyer : Ça peut être n’importe quoi.

Monk : (Montrant en face de lui.) Mais regardez, regardez où la voiture a terminé sa course. Si vous étudiez la trajectoire, ça n’a pas de sens.

Stottlemeyer : Ne compliquez pas les choses, Monk, elle était probablement à plus de 150 km/heure quand elle a manqué le virage. Au fait, vous savez qui a retrouvé la voiture ?

Monk : J’ai entendu, oui, Dolly Flint.

Stottlemeyer : Dolly la dingue, vous croyez aux voyants ?

Monk : Non, non, je regrette.

Sharona : Monk n’a jamais cru aux voyants alors.

Monk : Je préfère croire ce que je vois. Je préfère croire ce qui est en face de moi.

Sharona : Tu sais comment j’ai su que mon ex voyait toujours son ancienne copine ?

Monk : Non, mais tu vas nous le dire.

Sharona : C’est un voyant qui me l’a dit, c’est la vérité et je n’ai jamais regretté les trente-cinq dollars que ça m’a coûtés.

Monk : Trente-cinq ?

Stottlemeyer : Eh, attendez, il y a bien eu des affaires, des énigmes où des voyants ont retrouvé des personnes ou bien des corps. Ça peut arriver.

Sharona : Alors, tu vois.

Monk : Que ça peut arriver, bien sûr que ça peut arriver. Avec mille voyants qui font dix mille prédictions chaque année, il y a bien une qui va s’avérer juste.

Une voiture de police avec à son bord Ashcombe. Il en sort.

Stottlemeyer : Le voilà.

Harry Ashcombe : Merci. On est arrivé ?

Policier : Oui, ils sont tous là, depuis ce matin.

Stottlemeyer : (Remettant sa cravate.) J’étais son témoin quand il s’est marié.

Monk : Ah bon ?

Stottlemeyer : Ça va l’achever. L’achever.

Monk : Oh, seigneur. (Leland se met à marcher, Adrien et Sharona restent sur place.) C’est bizarre.

Sharona : Quoi ?

Monk : Elle est sortie de la route, ici. (Regardant vers un arbre.) Elle aurait dû le faucher, l’arbre, elle aurait dû le faucher, il n’y a même pas une branche de casser.

Stottlemeyer : (Leland se trouven avec Ashcombe sur les lieux de l’accident.) Harry, vous ne devriez pas regarder.

Harry Aschcombe : Pourquoi ?

Stottlemeyer : Parce que vous devriez vous souvenir d’elle comme elle était.

Harry Ashcombe : Leland, il faut que je la voie. J’ai besoin de lui dire au revoir. (Après hésitation, Leland retire le drap et fait montrer le visage ensanglanté de Katerine. Il est sur le point de pleurer.) Katerine. (Leland remet le drap, Dolly et Disher arrivent vers eux.)

Dolly Flint : Bonjour.

Stottlemeyer : Commissaire, voici Dolly Flint, c’est elle qui a retrouvé le corps.

Harry Ashcombe : (Serrant la main.) Oui, bien sûr. C’est incroyable, je vous en suis reconnaissant.

Dolly Flint : J’aurais préféré la retrouver avant qu’elle ne nous quitte.

Ashcombe se met à pleurer et Adrien semble le regarder. Il se trouve désormais sur les lieux de l’accident mais sur une planche.

Sharona : Adrien, tu ne veux pas jeter un œil ?

Monk : Non, d’ici je vois très bien.

Sharona : Tu veux peut-être qu’on déplace l’épave, qu’on la mette un petit plus près de toi.

Monk : Non, je suis bien là.

Dolly Flint : (Se tournant vers Adrien et Sharona.) Salut. (Cette dernière va rejoindre Dolly.)

Monk : C’est vous qui avez trouvé le corps ?

Dolly Flint : Ouais, vous êtes journalistes ?

Sharona : Mademoiselle Flint, bonjour, euh mon nom est Sharona Fleming. (Se retournant vers Adrien.) Et voici mon ami, euh, excusez-moi, mon patron, Adrien Monk. Euh, il était consultant sur cette affaire avant que vous arriviez pour la résoudre.

Dolly Flint : Pourquoi est-ce qu’il me regarde comme ça ?

Sharona : Je sais, quand on ne le connaît pas, ça fiche la trouille.

Dolly Flint : Une minute. (Elle nettoie sa chaussure pleine de boue.)

Sharona : Euh, mademoiselle Flint, (Adrien se sent mal en voyant Dolly) je dois vous dire que c’est un honneur de faire votre connaissance. Si vous saviez combien d’argent j’ai dépensé bêtement avec des charlatans, (Dolly essuie ses mains comme elle peu) mais vous, vous avez vraiment le pouvoir. Je voulais dire le don.

Dolly Flint : Je ne vous dirai pas le contraire.

Sharona : Dites-moi, je peux vous appeler pour une séance privée ?

Dolly Flint : Oh oui, mais je dois vous dire que les tarifs que vous verrez sur ma carte ne sont plus en vigueur. En deux heures, ils ont grimpé, (donnant une carte à Sharona) en voilà une pour vous et (avançant sa carte vers Adrien) une pour vous, monsieur Monk.

Sharona : Je vais lui donner.

Dolly Flint : (Pendant que Sharona met la carte dans la poche d’Adrien.) Je pourrais vous aider sur une de vos affaires, un de ces jours, si ça vous plaît. Tchao.

Sharona : Ça ne t’oblige à rien, Adrien. (Levant sa main.) Au revoir.

Tandis que Dolly entre dans sa voiture, Adrien la voit en train d’avancer le siège, ce qui l’intrigue. Il reçoit de la boue sur son pantalon, ce qui ne lui plait pas. Sharona lui donne une lingette.

Sharona : Attends, attends, relax, c’est loin d’être la fin du monde.

Monk : Tu as vu ça ?

Sharona : (Nettoyant le pantalon.) C’est seulement un peu de boue.

Monk : Non, non, elle a bougé son siège vers l’avant, quand elle a été dans la voiture, elle a bougé son siège.

Randy, Leland et Harry voient partir Dolly. Quelque chose intrigue encore Adrien.

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeJournée

Stottlemeyer : (Entrant dans son bureau.) Oh, pardon, je croyais que c’était mon bureau, désolé. (Adrien et Sharona sont dans le bureau.) Je suis un peu désorienté parce que mon nom est sur la porte.

Monk : Non, n’en veuillez pas à Sharona, capitaine.

Stottlemeyer : Je n’ai pas l’intention de m’en prendre à Sharona.

Monk : J’essayais seulement d’avancer un peu sur l’affaire Ashcombe.

Stottlemeyer : Qu’est-ce qu’il s’est passé ici ?

Monk : J’ai pris la liberté de ranger.

Stottlemeyer : Où sont toutes mes affaires Monk ?

Monk : Dans vos tiroirs et j’ai aussi jeté des choses qui ne servaient à rien.

Sharona : (Pendant que le capitaine récupère les objets du tiroir.) Je suis navrée monsieur, j’ai essayé de l’arrêter mais…

Stottlemeyer : (Mettant son porte-crayon sur la table.) Ah, il n’y a plus d’affaire Ashcombe, est-ce que vous comprenez ? (Il continue de reprendre ses affaires.) L’enquête est terminée. Voilà ce qu’il s’est passé : il pleuvait, c’était une mauvaise conductrice, elle est sortie de la route et la boue a recouvert sa voiture jusqu’à ce que…

Monk : …qu’une espèce d’aventurier vienne s’en mêler et tombe sur sa voiture.

Stottlemyer : C’est exact, c’est difficile à avaler, non ? (Remettant bien ses affaires.) Dolly Flint vous a doublé et ça vous reste en travers. (Il touche la lampe.)

Sharona : (Le voyant faire.) Adrien, assis.

Adrien s’assoit à contre cœur.

Monk : Nous avons le dossier de Dolly Flint.

Stottlemeyer : Je sais, elle est fichée. Personnellement, je l’ai coincée trois fois.

Monk : Fraude, vol, mise en danger de la vie d’autrui.

Stottlemeyer : Oui, il lui arrive de marcher dans son sommeil, ça a été pris en compte. Hmm, comment on dit déjà, elle est…

Monk : (Se relevant.) Savez-vous combien d’affaires Dolly Flint a essayé de résoudre sans avoir de succès ? Deux cent vingt.

Stottlemeyer : Et alors, ça fait une sur deux cent vingt. C’est possible.

Monk : Non, capitaine.

Stottlemeyer : Bien sûr que si, (ouvrant le dossier) elle a été photographiée en train de griller un feu la nuit dernière. (Il montre la photo.) Elle était seule dans sa voiture. (Alors qu’Adrien regarde la photo.) C’est bien elle, Monk.

 

INTÉRIEUR – Dans la maison d’AshcombeJournée

Adrien et Sharona se sont rendus dans la maison d’Harry Ashcombe.

Monk : Je ne suis pas très bon pour faire la fête.

Sharona : On n’est pas là pour faire la fête, nous sommes là en mémoire de la défunte. (La famille de Katerine est présente.) Alors ça, c’est une très jolie maison. Apparemment, ceux qui vivent ici ne travaillent pas pour toi.

Monk : La chère madame Ashcombe était plus riche que le Canada. (Voyant arriver Ashcombe, il donne un livre.) Commissaire, ceci vous aidera peut-être. Quand j’ai perdu Trudy, je, je le lisais tous les soirs.

Harry Ashcombe : Ralph Waldo Emerson.

Monk : Oui monsieur.

Harry Ashcombe : Merci. Merci d’être venu. C’est très important pour moi. (Il avance sa main. Adrien approche la sienne pour la serrer et Ashcombe pose son autre main sur celle d’Adrien.) Finalement, nous n’aurons pas besoin de vos services mais je veux vous dire combien j’ai apprécié votre offre. (Adrien sourit et il s’en va.)

Sharona : Merci à vous. (Adrien n’apprécie pas et Sharona tente de trouver une lingette.) Une seconde.

Monk : Salle de bains, où elle est ? Tu sais où elle est ?

Sharona : Tu n’as qu’à monter, essaye là-haut.

Monk : Il a fait les deux mains tu as vu ça.

Sharona : Je l’ai vu mais ce n’est pas la peine d’en faire tout un plat. (Elle se met à sourire.)

Adrien monte à l’étage pour trouver la salle de bains. Il monte les escaliers, entre dans une chambre tout en ayant sa main en l’air. Il voit les cartons avec des affaires au sol. Dans une autre pièce, se trouve encore des cartons ainsi qu’une paire de chaussures recouverte de boue. Il arrive quand même à se nettoyer les mains au lavabo. Il prend une serviette, s’en sert pour fermer le robinet et s’essuie les mains. Derrière lui, il voit un autre carton avec des affaires dedans et l’ouvre avec la serviette. Il prend un bocal de parfum.

Harry Ashcombe : La salle de bains désaffectée est en bas.

Monk : (Surpris.) Commissaire, vous savez, je, je, je suis désolé, j’ai, j’ai, j’ai, vous savez, j’étais, j’étais, enfin vous savez, j’étais, j’étais enfin c’était pour, plus tard, après, enfin avant que nous, nous, je, d’accord, c’est très simple.

Harry Ashcombe : C’est simple, je me souviens à peine du début de votre phrase. (Prenant le parfum.) Tout le monde se perd ici, la maison a toujours été trop grande pour Katerine. On ne l’a pas achetée cela dit, c’était un cadeau de son père. (Il remet le flacon dans le carton.)

Monk : Ah oui.

Harry Ashcombe : Vous devez comprendre, comme moi vous avez perdu votre femme.

Monk : Euh, comprendre quoi monsieur ?

Harry Ashcombe : Qu’il est naturel de mettre toutes ses affaires ailleurs que dans cette maison. Trop de souvenirs.

Monk : C’est assez drôle, moi j’ai fait le contraire. Je n’ai rien jeté du tout, j’ai tout gardé même sa brosse à cheveux et même un cheveu qui était sur sa brosse.

Harry Ashcombe : Ah oui.

Disher : (Buvant une tasse.) Et maintenant il arrive à sortir de chez lui quoi, trois fois par semaine.

Sharona : (En mangeant.) Oh, ça veut dire quoi ce genre de questions ? Il sort tous les jours de chez lui, il n’est pas impotent. (Elle prend un autre gâteau.) Ce qu’il y a, c’est qu’il s’angoisse.

Disher : Il s’angoisse pour tout. (Il se met à sourire.)

Sharona : Eh bien, vous savez, la vérité c’est que nous sommes demandés dans tout le pays, le téléphone n’arrête pas, tous les jours, il a fallu que je fasse changer ma ligne ça me rendait folle.

Disher : Bien sûr. (Elle continue de manger un gâteau.)

Homme : J’y suis allé mercredi.

Femme : Son exposition était fantastique.

Adrien se trouve dans la grande pièce, regarde autour de lui et voit une chose intéressante sur le meuble en face de lui. Il regarde le courrier à l’aide de son stylo.

Sharona : (Venue le voir.) Qu’est-ce que tu fabriques ? Le courrier, c’est privé, un peu de respect.

Monk : Eh, je ne vole rien, ce n’est pas grave je veux seulement regarder. Je n’ai aucune envie de vivre dans un monde où on n’a plus le droit de regarder.

Sharona : (En soufflant.) Alors fais vite, dépêche-toi.

Monk : Jennie Zeppettelli. (Faisant sentir un cube à Sharona.) Sens-moi ça. Du parfum. (Sentant à son tour.) Du shaman, c’est un des plus chers. C’est une ancienne petite amie, elle l’aimait mais c’est terminé.

Sharona : À quoi tu vois ça ?

Monk : Regarde, c’est refusé et c’est souligné six fois. (Ils se regardent d’un air entendu.)

 

INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jennie ZeppettelliJournée

Jennie regarde Adrien et Sharona. Il y a des bouteilles sur la cheminée et Adrien regarde les mains de Jennie toucher la bague.

Monk : Je suis d’accord, Jennifer. (Sharona et Jennie sursautent.) Il vous a fait perdre les cinq meilleures années de votre vie.

Jennie Zeppettelli : Et qu’est ce qui vous faire dire ça ?

Monk : Vous regardiez toutes ces bouteilles de Beaujolais. Elles sont datées, elles sont cinq pour les cinq dernières années. Elles doivent représenter des anniversaires et je vous ai vu triturer votre annulaire mais il n’y a toujours pas d’alliance.

Jennie Zeppettelli : Vous êtes voyant, monsieur Monk.

Sharona : (Pendant qu’Adrien sourit.) C’est un voyant qui ne croit pas aux extralucides.

Monk : Nous savons que vous aviez une liaison avec Harry Ashcombe.

Sharona : Est-ce que c’est fini ?

Jennie Zeppettelli : Un jour, j’ai compris. Il m’a fallu cinq années. J’ai réalisé qu’il ne quitterait jamais sa femme. Non pas qu’il aimait son épouse, il la méprisait. Il est resté avec elle pour ses millions.

Monk : Quand l’avez-vous vu pour la dernière fois ?

Jennie Zeppettelli : Il y a cinq mois environ, mais il n’arrête pas de m’appeler et il m’envoie des cadeaux. Si sa femme est morte, croyez bien que ce n’est pas de ma faute, c’est lui qui est fou à lier.

Monk : Vous parlez de l’accident ? (Regardant le visage de Jennie.) Vous ne pensez pas que c’était un accident ?

Jennie Zeppettelli : Je n’en sais rien. Tout ce que je sais, c’est qu’Harry Ashcombe est dangereux et je sais de quoi je parle. J’espère que vous savez ce que vous faites.

 

INTÉRIEUR – Dans l’appartement d’AdrienJournée

Sharona : (Pendant qu’Adrien est en train de nettoyer le frigidaire.) Tu sais ce que tu fais ?

Monk : Relax, j’ai commencé à ranger les réfrigérateurs quand j’avais quinze ans.

Sharona : (Après avoir mis sa main sur son front.) Je parle de l’affaire, Adrien. Attention, l’ancien commissaire est loin d’être un suspect comme les autres. Il a des connaissances, il a le bras long et il vaudrait mieux que tu saches bien où tu vas.

Monk : Je suis sûr autant que je peux l’être sans avoir aucunes preuves. (Sharona remet sa main sur son front.) Ses affaires étaient pratiquement toutes emballées. Il avait hâte de s’en débarrrasser.

Sharona : Ben quoi, il préfère les enlever.

Monk : Il avait des rangers couverts de boue. (Prenant une bouteille de lait.) Ça, ça va jusqu’au 22. « À consommer avant » (regardant l’étiquette) le mois dernier. (Il lance la bouteille vers Sharona qui la rattrape.)

Sharona : (Mettant la bouteille dans son sac.) Tu crois qu’il a fait en sorte que la voiture quitte la route.

Monk : Ouais.

Sharona : Et tu as une idée ?

Monk : (Continuant de nettoyer le frigo.) À moins que je sois fou, il a mis quelque chose sur la route qui l’a envoyée dans le ravin. Ça, s’était facile, mais c’est après l’accident que ça se complique. (Il regarde un pot rempli d’olives.)

Sharona : Comment ?

Monk : Faire en sorte que cette andouille de Dolly Flint trouve le corps. Voilà où est le mystère. (Après l’avoir secoué, il ouvre le pot et en prend une.) Comment a-t-il fait ?

Sharona : Tu peux lui demander, j’ai une séance avec elle à 15 heures. Tu n’as qu’à venir avec moi.

Monk : Je viendrai peut-être. (Il range le pot dans le frigo.)

 

INTÉRIEUR – Dans le bureau de Dolly FlintJournée

Dolly Flint : (Touchant les cheveux de Sharona.) Une personne positive, très spirituelle.

Sharona : (Se tournant vers elle.) Oui, c’est vrai.

Dolly Flint : Mais vous avez pas mal de problèmes pour dormir, ce n’est pas vrai ?

Sharona : Si, si.

Dolly Flint : Ah, ah.

Sharona : Vous le savez en touchant les bosses de ma tête ?

Dolly Flint : Hmm, c’est de la phrénologie, la forme de votre tête est une carte routière spirituelle. (Pendant ce temps, Adrien regarde dans la cuisine.) Il suffit de savoir la lire.

Sharona : Ah, ça fait du bien.

Dolly Flint : Chut, (fermant les yeux) alors il y a un jeune homme dans votre vie.

Sharona : Oui, mon fils, il s’appelle Benji.

Dolly Flint : Oui, c’est joli. Il y a un autre homme plus âgé mais il a des réactions d’enfant.

Sharona : Ça se serait mon patron.

Dolly Flint : Hmm, cet homme n’est pas facile à vivre. Vous êtes anxieuse à son contact. (Adrien touche l’antenne de la radio.)

Sharona : Oui.

Dolly Flint : Chut.

Sharona : Oui, mais je n’ai pas envie qu’on parle de lui, ça me donne des cauchemars.

Dolly Flint : Détendez-vous, il y a encore un autre homme, un homme que vous ne connaissez pas encore. Un bel homme.

Sharona : Non, c’est vrai ?

Dolly Flint : Ouais. (Adrien fait tomber quelque chose, Dolly et Sharona regardent ce qu’il se passe.) Qu’est-ce que c’est ?

Sharona : (Prenant la main de Dolly pour la mettre sur sa tête.) Oh, ce n’est rien, continuez, allez-y cet homme comment il est ?

Dolly Flint : Où est votre ami, monsieur Monk. (Ce dernier touche des boîtes de médicaments avec son stylo. Elle vient vers lui.) Monsieur Monk. Je vous croyez dans la salle d’attente.

Monk : J’avais très soif.

Dolly Flint : Vous auriez dû demander. Excusez le bordel, la petite qui faisait le ménage s’est fait mettre en cloques par un sud-américain. Tu parles d’un gâchis. (Elle sert un verre d’eau à Adrien.) Je crois qu’il est paraguayen, (montrant la tasse) tenez.

Monk : (La voyant sale sur le bord.) C’est bon, ça va aller. (Trouvant une excuse.) Une goûte de sirop qui était mal passée. Je l’ai avalée de travers, elle s’est coincée mais maintenant ça va merci.

Dolly Flint : À vous de voir. (Elle boit la tasse mais il se sent mal.) Venez donc vous joindre à nous. (Autour d’une table à tirer les cartes.) Le chariot, je vois que votre âme est très agitée. Oh, voilà qui est intéressant, le chevalier de Pentacles.

Sharona : Et alors ?

Dolly Flint : Ça confirme ce que je pensais. Vous ne connaissez pas par hasard un homme qui a un golden retriever ?

Sharona : Non.

Dolly Flint : C’est pour bientôt. Vous verrez, il est très classe.

Sharona : (En souriant.) Un golden retriever ? Il ne viendra pas me chercher à cheval avec son chien ?

Dolly Flint : (Pendant qu’ils se mettent à rire.) Non, je ne pense pas. Il est grand et son nom est Derek ou… David.

Monk : (Coupant la parole.) Félicitations, je suis sûr que vous serez très heureux tous les deux. (Se tournant vers Dolly.) Mademoiselle Flint, comment avez-vous trouvé madame Ashcombe ?

Dolly Flint : (Baissant la tête.) Oh, je n’ai jamais trouvé personne, son esprit m’a guidée.

Monk : Bien sûr, oui bien sûr. Est-ce… Est-ce que vous la connaissiez avant qu’elle ait l’accident ?

Dolly Flint : Non, je ne l’ai jamais vue, ça fait bien la douze mille fois que je vous le répète.

Monk : Je comprends…

Sharona : (Se tournant vers Adrien.) Excuse-moi. Euh, parlons de l’homme au chien, comment je saurais que c’est lui ?

Dolly Flint : Vous le saurez tout de suite mais il faut garder ouverte la porte de votre cœur.

Monk : Est-ce qu’elle faisait partie de vos clientes ?

Dolly Flint : (Alors que Sharona souffle de désespoir.) Non.

Sharona : Dolly, vous avez dit « bientôt ». C’est pour quand, une semaine, deux semaines ?

Dolly Flint : Hmm, je dirais avant la prochaine lune.

Monk : Je suis désolé mais ici sur la planète Terre, une femme est morte et quelqu’un est responsable.

Dolly Flint : C’était un accident, monsieur Monk. Sa voiture a quitté la route.

Monk : Bien sûr, oui. Et de cette nuit-là très précisément de quoi vous souvenez-vous ?

Dolly Flint : Vous savez ce que vous vous êtes, vous êtes ce que l’on appelle dans le monde de la spiritualité un emmerdeur céleste.

Monk : Merci.

Dolly Flint : (Reprenant les cartes.) Alors voilà c’est vous qui payez. Je suis allée me coucher, je suis insomniaque, j’ai pris mes pilules et enfin j’ai réussi à dormir, il devait être 3 heures. 3 heures 30, je regardais mon feuilleton à la télé.

Monk : Continuez.

Dolly Flint : Ça s’arrête là, je me suis réveillée et il y avait madame Ashcombe. Je me couche toujours habillée avec mes clés de voiture à la main au cas où.

Sharona : T’es content, ça y est, je peux y aller. Je peux y aller ? (Reprenant la conversation avec Dolly.) Dolly, Dolly, qu’est-ce qu’il fait dans la vie ? Il doit avoir une bonne situation, n’est-ce pas ?

Monk : Sharona.

Sharona : Quoi ?

Monk : S’il te plaît, je, je travaille. Je travaille. (Il est prêt à continuer la discussion lorsque Sharona prend sa main et se met à l’embrasser. Dégoûté, il se lève.) Mais qu’est-ce que tu fais ? Tu es folle ? Une lingette.

Sharona : (À voix basse.) Dans la voiture.

Monk : (Énervé.) Il faut que j’essuie, il faut que j’essuie tout de suite, ne me refais jamais ça.

Sharona : Dans la voiture, tu vas dans la voiture, il y a une boîte, va, va. (Adrien s’en va et elle continue la conversation avec Dolly.) Ah, euh, pour ce David ou Derek, il n’est pas marié, hein ?

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée

Adrien est sorti pour aller chercher une lingette et il se met à essuyer fortement sa main. La lingette est au sol et il ne sait pas comment faire. Tout doucement, il se baisse et reprend la lingette du bout des doigts. Il trouve un galet au sol parmi tous les cailloux et le prend.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueSoirée

Adrien marche baisser alors que Sharona et son fils sont dans la voiture à l’attendre.)

Benji : Qu’est-ce qu’il fabrique ?

Sharona : Ah, je n’en sais rien. (Elle met sa main sur son front.) Tu as fini tes maths ?

Benji : Ah ben, je trouve que tu as quand même un drôle de boulot.

Sharona : Benji, fais donc tes maths.

Adrien va vers le pneu de la voiture d’Ascombe et prend une sorte de gravier avec une pince qu’il met dans un sachet. Il prend son autre sachet et voit que c’est la même chose, il semble heureux.

 

INTÉRIEUR – Dans une quincaillerieJournée

Vendeur : Monsieur Monk, vous aviez raison, même provenance.

Monk : C’est vrai ? (Il reçoit les deux galets.)

Vendeur : Ils sont fabriqués par la société « Gravier décoratif ». On appelle celui-ci le volcanique à cause de la couleur. Il n’est pas très répandu, il vient du Mexique. J’ai vu la comptable, elle dit que dans le voisinage il y a peut-être deux allées en volcanique.

Monk : Alors si celui-ci vient d’un pneu de voiture, et que celui-là a été trouvé dans une allée.

Vendeur : Un moment, la voiture a été dans cette allée, sans aucun doute.

Sharona : Tu en conclus ?

Monk : (Déposant un gravier sur une machine.) Ashcombe a dit qu’il n’avait jamais rencontré Dolly Flint et Dolly dit ne pas le connaître. C’est peut-être un oubli, faut voir. (Un homme fait fonctionner un rouleau de fil, l’objet est tombé et Adrien se met à paniquer.) Ah, ah, (il regarde autour de lui) que personne ne bouge. S’il vous plaît personne ne bouge. (À un micro que tient Sharona.) Allô, (les gens se tournent vers lui.) bonjour, je m’appelle Adrien Monk, je travaille pour la police, sur un homicide, je fais une enquête. Il y a dans ce magasin une pièce à conviction extrêmement importante. C’est un morceau de pierre volcanique. À peu près de la taille de, d’un, d’une petite pépite. Si vous aviez la gentillesse de rester sur place s’il vous plaît et de regarder autour de vous. (Voyant un homme faire quelque chose.) Non attendez, qu’est-ce que vous êtes en train de faire ?

Agent d’entretien : Ah, je balaie pardi.

Monk : (Regardant au sol et dans la poubelle.) Où est-ce que vous avez mis le reste ?

 

EXTÉRIEUR – Derrière le magasinJournée

Sharona : (Regardant dans un bac à poubelle.) Ce n’est pas là-dedans.

Monk : Cherche bien, continue, c’est un petit caillou tout noir. (Mettant ses mains sur sa tête.) Bon sang, où il est ? (En touchant ses cheveux, il se rend compte que l’objet est sur sa tête. Il est content.) Attends une minute, je l’ai trouvé. Je l’ai trouvé.

Sharona : Où est-ce qu’il était ?

Monk : Il était dans mes… (Il met sa main à côté de sa tête) dans mes cheveux, à mon avis il a volé. (Sharona, avec des bouts de journaux sur la tête, explose de rage.)

Sharona : Je n’en reviens pas de faire ça, je dois être complètement folle !

 

EXTÉRIEUR – Près d’une animalerieJournée

Adrien et Sharona voit entrer Ashcombe avec son chien dans une animalerie.

Sharona : Tu es sûr de ton coup ?

Monk : Eh bien non.

Sharona : Il vaudrait mieux que tu aies raison, où je te jure que je t’étrangle.

Harry Ashcombe : (Arrivant à sa voiture.) Monk, qu’est-ce que vous faites ici ?

Monk : Votre bonne nous a dit qu’on pourrait peut-être vous trouver ici. Euh, est-ce que le chien va bien ?

Harry Ashcombe : Le chien va bien, en vérité, je viens de le donner.

Sharona : (Stupéfaite.) Oh, mon Dieu, pourquoi ?

Harry Ashcombe : C’était le chien de Katerine, les bêtes ce n’est pas trop mon truc. (Pendant qu’Adrien enlève les fibres de la veste.) Euh, il sera bien, il sera mieux ici.

Monk : Vous, vous, vous ne m’avez pas rappelé.

Harry Ashcombe : J’ai pensé que vous m’appeliez pour d’autres condoléances, j’avais tort ?

Monk : Je, je, j’avais deux ou trois questions à vous poser sur la mort de votre femme.

Harry Ashcombe : Eh bien, je veillerai à ce qu’on vous fasse parvenir une copie du dossier. Il y a autre chose ?

Monk : Elle, elle devait être assurée, bien assurée ?

Harry Ashcombe : Oui, pour deux millions de dollars en cas d’accident mortel. Je sais que cela peut semble énorme bien sûr mais vu le train de vie que nous menions, il n’y a là rien d’extraordinaire. Y a-t-il autre chose ?

Monk : (Montrant le petit gravier.) J’ai trouvé ça sur un pneu de votre voiture, c’est un gravier et on trouve les mêmes dans l’allée de la maison de la voyante. Vous avez peut-être une idée ?

Harry Ashcombe : Est-ce qu’ils sont rares ?

Monk : Ah oui, ils sont très rares.

Harry Ashcombe : Je n’ai aucune explication. Vous en avez peut-être une ?

Monk : Pas encore, non.

Sharona : Rien de grave, monsieur, nous étions seulement curieux à propos de ces graviers. Euh, Adrien, je crois qu’on ferait bien d’y aller, on est plus qu’en retard.

Harry Ashcombe : À votre place, je l’écouterai. Vous êtes dans mon chemin.

Monk : C’est exact, j’y suis.

 

INTÉRIEUR – Dans un studio de télévisionJournée

Homme : Dolly, à vous dans cinq minutes.

Dolly Flint : (Se maquillant.) D’accord. (Voyant Sharona et Adrien.) Oh, mais c’est du harcèlement ma parole.

Sharona : Et le réalisateur, est-ce qu’il a un chien ?

Dolly Flint : Ouais, je crois, oui.

Sharona : Comment est-ce qu’il s’appelle.

Dolly Flint : Oubliez tout, il est gay. Il ne le sait pas encore mais ça ne va pas tarder. (Parlant à Adrien.) Qu’est-ce que vous voulez, Monk ?

Monk : J’aimerai la vérité pour changer.

Dolly Flint : Je vous ai dit la vérité, d’accord, je me suis endormie, je me suis réveillée et madame Ashcombe était là.

Monk : (La voyant commencer à fumer une cigarette.) Il est interdit de fumer ici, c’est…

Sharona : Eh bien, moi je vous crois, Dolly.

Dolly Flint : Merci chérie, c’est quoi son problème ?

Monk : Mon problème est simple, (il tousse) c’est impossible.

Dolly Flint : (Continuant à se maquiller.) Comment vous l’expliquez alors ?

Monk : Mademoiselle, c’est du sérieux, ce n’est pas un jeu, si vous êtes impliquée de quelque façon que ce soit…

Dolly Flint : Impliquée vous dites ? Comment ?

Monk : Avec votre ami Harry Ashcombe.

Dolly Flint : (Se levant.) Oh, mais j’ai vu cet homme une fois dans ma vie, trente secondes vous étiez là.

Monk : Cet homme est allé chez vous.

Dolly Flint : C’est impossible.

Monk : Je peux le prouver.

Dolly Flint : Je crois que je m’en souviendrais.

Monk : Dolly, nous parlons d’un meurtre avec préméditation, ça va loin, ce n’est plus de la rigolade. Je pense qu’Harry Ashcombe a tué sa femme et qu’il vous a recruté pour retrouver son corps. Ça s’est aide et soutien, complice après coup, ça va chercher très, très loin.

Dolly Flint : Je ne suis pas une criminelle.

Monk : J’ai vu votre dossier, vous êtes loin d’être mère Teresa.

Dolly Flint : Oh vous plaisantez, ce sont des pacotilles, un peu de sérieux. Vous voulez la vérité ?

Monk : Oh, je ne voudrais surtout pas vous déranger.

Sharona : Adrien.

Dolly Flint : Allez venez. (Elle prend à part Adrien.) Monsieur Monk, quand je me suis réveillée ce jour-là, j’ai été la première surprise. En vérité, je suis, je ne suis pas voyante. (Elle envoie de la fumée vers Adrien.) Je n’ai jamais vraiment eu le don. Ne le dites pas à la fille, je le voulais, je prétendais le vouloir. De temps en temps, quand j’étais gamine je crois que je l’ai eu mais ensuite je ne disais aux gens que ce qu’ils voulaient entendre. C’était de l’arnaque pure et simple, et toute ma vie. Jusqu’à jeudi. (Adrien semble être indisposé par la fumée.) Voilà toute l’histoire Monk. Je vous jure sur ma sainte mère que madame Katerine Ashcombe m’a conduite jusqu’à elle. (Adrien tousse.) J’ai toujours rêvé de pouvoir aider la police, sur une affaire importante et le rêve s’est réalisé. Je m’améliore peut-être en vieillissant. Quoi qu’il en soit, cette fois-ci promis, je vous ai dit la vérité.

Homme : Chérie, la pause est finie, il va falloir penser à y aller. Allez, allez, allez.

Dolly Flint : Qu’est-ce qu’il y a encore ?

Monk : Vous n’arrêtez pas de raconter des histoires, vous l’avez dit mais je vous crois.

 

INTÉRIEUR – Dans la maison de JennieSoirée

Jennie Zeppettelli : Allô ?

Harry Ashcombe : Est-ce que tu as parlé à la police ?

Jennie Zeppettelli : Non.

Harry Ashcombe : (Dans sa maison.) Ne me ment pas Jennie. (Cette dernière raccroche, épleurée.)

 

EXTÉRIEUR – Près de l’océanJournée

Stottlemeyer : (Arrivant près de Sharona et Adrien.) Monk, je vous cherchais.

Monk : Comment saviez-vous qu’on était là ?

Stottlemeyer : Le fils de Sharona me l’a dit. (S’adressant à Sharona.) D’ailleurs, j’ai un message pour vous, Benji souhaite passer la nuit chez Drew Cunningham.

Sharona : Est-ce que ses parents seront présents ?

Stottlemeyer : Je n’en sais rien.

Sharona : Mais est-ce qu’il vous a dit qu’ils seraient là ?

Stottlemeyer : Comment voulez-vous que je le sache ? (S’adressant à présent à Adrien.) Monk, vous avez parlé au commissaire.

Monk : Où êtes-vous garé ?

Stottlemeyer : Où je me suis garé ? Là-haut, je suis descendu à pied. Écoutez Monk, je vous ai dit de le laisser tranquille, cet homme vient d’enterrer sa femme.

Monk : Pourquoi n’êtes-vous pas descendu jusqu’ici avec votre voiture ?

Stottlemeyer : Je n’ai pas trouvé le chemin, la dernière fois je suis venu j’avais un chauffeur.

Monk : Vous ne l’avez pas trouvé et nous non plus.

Stottlemeyer : Et alors ?

Monk : Dolly Flint l’a trouvé. Elle n’était jamais venu ici avant et pourtant elle l’a trouvé le lever du jour. Comment est-ce que c’est possible ?

Stottlemeyer : C’est une voyante, un petit oiseau lui a dit, je n’en sais rien.

Monk : Leland, je parle au meilleur policier que je connaisse, réveillez-vous. Ashcombe a des maîtresses, vous le saviez.

Stottlemeyer : Bien sûr tout le monde le sait. Sharona, laissez-nous une minute, merci. (Elle s’en va.)

Monk : (S’énervant.) Il avait de la boue sur ses rangers.

Stottlemeyer : J’ai aussi de la boue sur mes rangers. Adrien, écoutez, je savais que vous étiez cinglé mais je ne savais pas que vous étiez suicidaire. Avez-vous accusé Harry Ashcombe d’homicide volontaire ?

Monk : Dans des termes un peu différents.

Stottlemeyer : (Se mettant à rigoler.) Dites adieu à votre carrière.

Monk : Quelle carrière ?

Stottlemeyer : Ne vous demandez pas pourquoi vous n’avez plus de plaque.

Monk : Voilà ce qu’il s’est passé. Ashcombe a tué sa femme mais il a eu un problème. Le glissement de terrain qu’il y a eu ce soir-là a recouvert la voiture, l’assurance ne donnerait rien avant qu’on la retrouve. Alors qu’est-ce qu’il fallait faire ? Il n’allait pas dire : « Peut-être bien qu’on devrait creuser ici ». C’est que quelqu’un d’autre devait la retrouver.

Stottlemeyer : Alors, il a payé Dolly Flint ?

Monk : Non, non, trop dangereux, il savait qu’elle n’aurait pas tenu sa langue. Ashcombe s’est arrangé pour que Flint trouve le corps.

Stottlemeyer : Admettons. Et comment il aurait fait ça ?

Monk : Je crois que je sais.

Stottlemeyer : Et vous pouvez le prouver ?

Monk : Seulement si vous m’aidez.

 

INTÉRIEUR – Dans la maison d’Harry AshcombeJournée

La voiture d’Ashcombe arrive chez lui. Il est sorti de la voiture et entre chez lui. Dolly est là.

Dolly Flint : J’ai besoin que tout le monde se concentre. C’est encore frais.

Harry Ashcombe : Qu’est-ce que c’est que ça ?

Dolly Flint : Ça s’éclaircit.

Harry Ashcombe : Leland, qu’est-ce que vous faites ici ? Qui vous a laissé entrer ?

Stottlemeyer : (Pendant que Dolly continue son incantation.) C’est vous, par l’intermédiaire de votre avocat, vous nous avez donné libre accès à votre maison.

Harry Ashcombe : D’accord mais juste pour jeter un coup d’œil.

Dolly Flint : (Les mains devant elle.) Chut, s’il vous plaît, son aura est vraiment très forte. Elle est ici, elle est ici, je la sens. Fermez le cercle. (Le voyant hésitant.) Monsieur Monk, complétez le cercle.

Monk : Je, je, je suis certain que ça va là.

Dolly Flint : Nous avons besoin de vous.

Sharona : Complète le cercle, c’est simple. (Tout doucement, Adrien montre ses coudes, Randy et Dolly les prennent.)

Dolly Flint : Très bien qui êtes-vous, dites-moi ? Quel est votre nom ?

Stottlemeyer : (Vers Harry.) Nous avons une femme qui a disparu à San Anselmo, mardi. Un agent de voyage, elle a trente-deux ans, Jennie Zeppettelli.

Harry Ashcombe : Jennie ?

Stottlemeyer : Nous avons contacté mademoiselle Flint, le succès qu’elle a eu avec votre, ça valait le coup d’essayer.

Harry Ashcombe : Et alors ?

Stottlemeyer : Et alors, elle est sur une piste, ça a duré toute la journée. Nous l’avons suivie et elle nous a fait venir jusqu’ici

Harry Ashcombe : Vous n’êtes pas sérieux ?

Dolly Flint : Jennie, est-ce que c’est vous ? Elle est ici. Oh, elle souffre beaucoup. (Le cercle est rompu.) Je la sens, (elle s’avance dans une autre pièce suivi par tout le groupe) il y a quelque chose dans cette pièce.

Sharona : (Trouvant quelque chose au sol.) Oh, regardez.

Disher : Ne touchez à rien. (Il prend un stylo et ramasse une chaussure au sol.) Chaussure taille 38.

Harry Ashcombe : Quoi ?

Stottlemeyer : D’après sa sœur, elle portait ce genre de chaussures quand elle a disparu. C’est du sang ?

Disher : Ça en a l’air.

Stottlemeyer : Mettez là dans un sac.

Harry Ashcombe : (Se mettant à s’énerver.) Qu’est-ce que cette chaussure fait ici ?

Dolly Flint : Elle est tout prêt, elle veut qu’on la voit.

Monk : (Voyant Dolly souffrir car elle est pliée en deux.) Est-ce que ça va ?

Dolly Flint : Restez où vous êtes, c’est Jennie, elle est là.

Harry Ashcombe : Mais enfin, qu’est-ce qu’elle raconte.

Monk : (Voyant qu’elle regarde quelque chose.) Qu’y a-t-il Dolly ? Qu’y a-t-il ? (Il voit qu’il y a un tisonnier recouvert de sang.) Du sang. (Leland le prend et se relève.)

Stottlemeyer : Humain.

Harry Ashcombe : C’est impossible.

Stottlemeyer : Lieutenant.

Disher : (Accourant vers Leland.) Je m’en occupe. (Il s’en va.)

Dolly Flint : Jennie ? Elle m’appelle. Je viens Jennie. (Elle ouvre la porte donnant sur la piscine privée, elle court, ouvre la porte de l’extérieur et tout le monde la suit.) Oh, non, oh mon Dieu ! Non, Jennie.

Harry Ashcombe : (La voyant dans un trou, morte une blessure à la tête.) Jennie, ce n’est pas possible, non. Je vous jure que…

Stottlemeyer : Reculez, reculez commissaire, vous êtes sur les lieux d’un crime.

Dolly Flint : (Pointant son doigt vers Harry.) Il l’a tuée, c’est lui qui l’a tuée.

Harry Ashcombe : Moi ? Vous êtes folle voyons, j’adorais cette femme.

Dolly Flint : Il l’a invitée à venir ici, quand elle lui a dit que c’était fini, il a explosé. Elle a bien essayé de courir mais il l’a rattrapée.

Harry Ashcombe : Non !

Dolly Flint : Il a pris le tisonnier, elle s’est retrouvée par terre et là, (faisant des gestes avec ses mains) il a cogné plus fort, toujours plus fort.

Harry Ashcombe : Non, elle est folle !

Dolly Flint : Alors, elle s’est dite : « au moins maintenant je vais pouvoir rejoindre Abigail ». (Randy vient vers eux en courant.) Abigail est le nom du bébé qu’elle n’a jamais eu. C’était en mars, vous l’avez forcée à avorter.

Harry Ashcombe : Comment vous savez ça ?

Monk : Elle sait tout, c’est une voyante.

Harry Ashcombe : Leland, ne, ne l’écoutez pas, enfin, enfin, c’est une machination, (pointant son doigt vers Dolly) elle n’est pas voyante.

Monk : (Haussant le ton.) C’est une voyante.

Harry Ashcombe : (Haussant le ton à son tour.) Vous rigolez ?

Monk : Elle a trouvé le corps de votre femme, commissaire.

Harry Ashcombe : (De plus en plus énervé.) Elle n’a rien trouvé.

Monk : Je l’ai vue, j’étais présent.

Harry Ashcombe : Non, non, non, cette idiote n’a rien trouvé du tout, c’est moi qui l’ai emmenée.

Monk : (Pendant que Sharona et Leland sourient, comprenant qu’il vient d’avouer.) Vous l’avez emmenée ? C’est ce que vous avez dit ? Vous avez entendu capitaine.

Harry Ashcombe : J’ai, je, écoutez Leland, (il voit que Jennie se relève.)

Jennie Zeppettelli : Bonjour, Harry. Je t’avais prévenu je crois.

Monk : Quand j’ai expliqué à Jennie ce que nous allions faire, elle a voulu nous aider. (Pendant que Leland relève Jennie.) Elle savait qu’il fallait vous arrêter. Le glissement de terrain, voilà où était le problème. Vous ne pouviez pas retrouver la voiture, quelqu’un d’autre devait retrouver le corps. Vous avez donc cherché et vous avez trouvé une voyante. Dolly Flint était parfaite.

 

FLASH-BACK

Monk : (Alors que Harry regarde dans un dossier.) Vous avez vu dans son dossier qu’elle prenait des somnifères. (Harry est dans la maison de Dolly avec un tissu dans la main.) Vous vous êtes servi de quoi, du chloroforme pour être sûr qu’elle ne se réveille pas. (Dans la voiture de Dolly, Harry conduit avec une perruque sur la tête.) Vous avez mis une perruque et vous l’avez emmenée sur les lieux de l’accident. (Dolly se trouve allongé sur la banquette arrière.) Avec sa voiture, en grillant quelques feux pour être certain d’être vu. (On voit la voiture conduire vite.) Le matin, elle s’est réveillée et elle a retrouvé votre femme.

 

EXTÉRIEUR – Dans le jardin d’AshcombeJournée

Harry Ashcombe : Je n’ai absolument rien à vous dire.

Monk : Oh, ce n’est pas bien grave, monsieur. Tout a été dit.

Stottlemeyer : Harry, je pense que je vais vous dire vos droits. (Pendant qu’un policier met les menottes à Harry.) Vous avez le droit de refuser de parler. Tout ce que vous direz pourra éventuellement être retenu contre vous lors de votre procès.

 

EXTÉRIEUR – Dans un parcJournée

Sharona : (Pendant qu’Adrien pose son doigt sur des poteaux en béton.) Comment tu as su qu’elle était bidon ?

Monk : Qui, Dolly ? Dolly Flint, elles le sont toutes. Il vaut mieux être un petit peu sceptique, Sharona, sinon, tu commences à croire en tout, aux soucoupes volantes, elfes, suppression des impôts.

Sharona : C’est beaucoup mieux que de ne croire en rien. Je suis désolée pour toi.

Monk : C’est gentil. (Voyant que Sharona caresse un chien.) Touche pas, touche pas, ne touche pas, (il est dégoûté.)

Sharona : Oh, tu es beau toi, viens mon pépère.

Daniel : Winston, viens ici.

Sharona : C’est votre chien ?

Daniel : Oui, c’est le mien.

Sharona : Qu’est-ce que c’est comme race ?

Daniel : C’est la race qui n’écoute pas, c’est un vilain.

Sharona : C’est un golden retriever ?

Daniel : Eh oui c’est ça.

Sharona : (En rigolant.) Oh, que c’est drôle. Je m’appelle Sharona.

Daniel : Enchanté.

Sharona : Et voici mon ami (elle se tourne vers Adrien) Adrien, Adrien, Adrien Monk. Eh, euh, vous êtes ?

Daniel : Daniel.

Sharona : Oh, Daniel. (Se tournant vers Adrien.) Avec un D. (Ils se mettent à marcher.)

Daniel : Adrien, j’ai remarqué que vous touchiez tous les poteaux, c’est une coutume peut-être ?

Monk : Oui, c’est une tradition de chez moi. Je touche tous les poteaux parce que je suis fier d’être comme je suis.

Daniel : Euh, excusez-moi de vous demander ça mais vous êtes un couple ?

Sharona : (En rigolant.) Oh, moi et Monk ? Oh, on n’est pas un couple, non.

Monk : Je ne vois, je ne vois pas ce qui a de drôle moi.

Sharona : (N’arrêtant pas de rigoler.) Moi si. (Ils passent devant des coureurs à pied.)

OPENING SCENE

An apartment is the first scene we ever witness the detective Adrian Monk doing his thing, standing in his hospital booties to keep the floor pristine – in fact so is everyone there. He stands there like putting on a show for the attending cops, looking around the room of the murder victim – who is still lying on her stomach on the floor in a pool of blood – Nicole Vasques. He looks up and down trying to size up what he sees. The cops are breathless with anticipation, and there is tension in the air…when finally Mr. Monk at last speaks…

MONK: The stove…

COP: The stove. Over here. It's in the kitchen.

MONK: No, I mean my stove. I think I left it on.

SHARONA: It's okay. I, uh, checked it as we were leaving.

MONK: Are you sure? Did you turn the knob?

SHARONA: The stove. Yeah.

MONK: The little knob, though?

His attending nurse and friend, Sharona Fleming looks mildly embarrassed. A part of her wishes he could once forget the insignificant details for the more important ones at hand. But, she knows that will never happen.

SHARONA: I turned all the knobs. The stove is off, Adrian.

COP: Excuse me, sir, we believe it was a burglary gone sour. She walked in, she surprised him, he panicked…

MONK: No, no. This was no burglary

COP: It wasn't?

MONK: He tried to make it look like one, but this guy was cold as ice.

Now Sharona looks clearly impressed by how the others stand in awe of the detective. This is the man she wants everyone to see.

MONK: He wore her slippers to avoid leaving shoe prints - not something your neighborhood

crackhead is prone to do…

Adrian becomes obsessed with a gooseneck lamp near the window, he begins pawing it continuously with his finger. The others seem confused by his actions.

SHARONA: Adrian. Adrian! [ Claps Hands ]

MONK: He was in here. He was waiting.

COP: Waiting for what?

MONK: You know, for her. He was here at least an hour. He was smoking. You can still smell it on the curtains.

Adrian goes over and takes one of the curtains over the end of his pen to examine it.

MONK: [ Sniffs ] Menthols. Salems. Possibly Newports.

COP: Maybe she was the smoker.

MONK: No. No, she was a Dutch Calvinist. They don't smoke. They consider their bodies

to be a holy - a holy chalice of - sorry, I'm having trouble concentrating, because I think I smell gas.

He runs back over to Sharona and is suddenly sucked back into his previous concerns. Sharona looks beside herself as she covers her mouth with her hand. She tries to remain calm. Adrian, on the other hand, is frantic.

MONK: Did you hear the click? You gotta hear the click, not just feel the click. Hear it.

Sharona looks at him straight in the eye and gives him a very clear look of anger. He caves at her indication that he’s crossed the line and goes back to his previous train of thought.

MONK: Anyway, uh, after he killed Miss, uh –

The cop reads off his blotter.

COP: Nicole Vasques, 25.

MONK: Yeah, Miss Vasques, he - he hung around. He was, uh, looking for something.

COP: He was looking for what?

MONK: I don't know. He checked something on her computer. He could have erased

a file.

Another cop shakes his head in disbelief, he’s quickly writing everything down.

COP: Anything else?

MONK: Yes, he's tall.

{CHECK HERE}

MONK: Because sometimes it goes out.

SHARONA: The pilot light is fine.

MONK: Do you remember the last time it almost went out?

SHARONA: Do you want me to drive back to the city and check?

MONK: No, no, no.

SHARONA: Is that what you're telling me to do?

MONK: Would you? Could you? Um - That would be great.

Sharona gives a sign of disgust as she comes up to Adrian and pulls him aside. Putting her arm around his shoulders, she talks briefly to the cops waiting behind her.

SHARONA: Oh, excuse me, gentlemen. Just one second, okay?

One of the cops looks at the head cop in confusion, and whispers something to him.

OTHER COP: Who is she?

COP: Just his nurse.

Sharona is talking in confidence to Adrian, but her tone is clear.

SHARONA: Forget about the damn stove, okay? You are on a job here. You're a private consultant.

MONK: I know, but I smelled it and I think –

SHARONA: You gotta shut up. The department thinks you're nuts. You're never gonna get reinstated, you're never gonna get hired again, and we are both gonna be unemployed. Do you understand the importance of what I am saying?

He grimly nods and turns quiet as he listens to her. He seems like a disciplined little boy for a moment. So she turns gentle.

SHARONA: Now, pull your twisted self together, concentrate and be brilliant.

Adrian chuckles lightly at her praise, he’s beaming in pride as she smiles at him.

SHARONA: You're brilliant!

His stride is back as he turns to the cops once more and immediately goes back into detective mode.

COP: Excuse me, sir, but how do you know all of that? I mean, about the computer –

MONK: It's patently obvious, isn't it? There are no prints on the keyboard, not even hers. Why? He used it. He wiped them clean.

The cops are amazed as they pat down the chair with Luminol – he’s correct again.

COP: Right. And you said that he was tall.

Adrian points to the desk as the cops again inspect it, following his lead. They looked amazed.

MONK: The victim's short, maybe 5'4''. Look at the chair. It's lowered almost

all the way.

COP: Wow! We've been here all morning, and nobody even noticed that!

Sharona smiles proudly at her boss as Adrian shrugs and grins back. It’s as if he’s saying ‘They’re easily impressed!’ It’s a cute moment.

COP: Sir, if you can stick around for a bit, the coroner's on his way.

But, Adrian has already made a bee-line for the door.

MONK: No, I'm sorry. I gotta go. I'm pretty sure I smell gas.

Sharona in frustration, gathers her stuff and follows him as she apologizes to the officers on her way out.

SHARONA: I’m sorry, gentlemen. You know where to reach us.

The cops just seemed floored, not sure what to do as they have now been abandoned.

OTHER COP: So that’s the famous Adrian Monk?

ANOTHER COP: Yeah, the living legend.

COP: If you call that living!

OPENING CREDITS – With Adrian doing a voice over

Adrian Monk’s apartment.

Adrian is boiling his toothbrush and counting the strokes as he examines himself in his bathroom mirror. He’s just wearing a white undershirt, and getting started for the day. He has an appointment with his psychiatrist, Dr. Charles Kroger.

MONK: 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40! Doc, I'm feeling great. Dr. Kroger - I'm doing great, Dr. Kroger!

Adrian is vacumning the ceiling of his house, he is rearranging his closet where practically all his shirts and suits are identical. He examines the police officer’s uniform there – it’s his, neatly wrapped and not touched since he last used it. He glances briefly at a picture of his wife in the hall, Trudy Monk – who died tragically in a car bomb explosion.

Now Adrian is standing in front of a full length mirror and admiring himself as he pulls out a tiny container of dental floss, he continues to pep talk himself as he goes about his routine.

MONK: You can't - you can't sweat the small stuff. Just keep going with the flow. It's a new me. It's a whole new me. And thanks to you - I owe it all to you. I feel like I'm back in the saddle. Took your advice, Doc. I'm going with the flow.

SCENE CHANGE

Dr. Kroger’s beautiful, Japanese-inspired offices. The interior has lofted ceilings, smoky-gray walls and two chairs facing the tall windows where we can see a fountain and a small meditation garden beyond. Adrian sits across from his doctor on the right.

KROGER: So...going with the flow?

Both men laugh as they seem to remember their previous discussions.

[SECTION MISSING]

KROGER: Good. Good for you.

MONK: Yeah, in Santa Clara. I have an old friend there who's a second lieutenant...and... called me in.

Adrian chuckles in pride.

KROGER: Well, how'd that make you feel? I mean, you know, being called in?

MONK: It feels great. It feels like old times. Back in the saddle.

Adrian is glancing over at the sofa, but doesn’t move. They both laugh, good-naturedly together again.

KROGER: Well, do you think you're ready to go back full time??

Adrian makes a blustery face, nodding in agreement without hesitation.

MONK: Definitely! Absolutely! Do you think I'm ready? That's - that's the question…

It is about then that the sofa gets to Adrian, or at least the pillow which is sitting at an angle on the sofa does. It’s drives him to distraction. Dr. Kroger notices it as well.

KROGER: Are you okay?

MONK: Yeah, I'm fine.

KROGER: You keep looking at that pillow.

Adrian just shush shushes him by waving his hand in the air like it was nothing.

KROGER: How are you sleeping? Are you still having those dreams?

MONK: Well, Trudy and I were married for seven years. It would be weird if I - if I never dreamt about her, right? You're testing me, aren't you? You - you left it like that on purpose.

Dr. Kroger seems frankly surprised, like this is a side of Adrian he wants to explore.

KROGER: Did I?

Adrian just laughs off his nervousness. It’s apparent he feels under a microscope, but he doesn’t let on.

MONK: Okay. Okay. Yeah, so, anyway, um, I've - I've been feeling - Excuse me.

He can’t take the pressure anymore and just has to straighten the pillow…which he does as he runs across the room, leaning on the sofa and tackling the pillow. Dr. Kroger just watches him silently and in shock.

MONK: Hold it. That - That one's just -

Now he begins fiddling with a completely new pillow until he’s satisfied. Standing up, he twitches a bit, straightens his flower display briefly on a nearby coffee table before returning to his chair once more. Dr. Kroger just looks on speechless. Adrian sits down like nothing is wrong.

MONK: There. Then, uh - OK. No big deal. Where were we?

SCENE CHANGE

Warren St. Clair is giving a campaign speech outside in front of the local museum to a responsive crowd. The high platform is blanketed by bright red, white and blue balloons on one side and there is a band playing to get the crowd excited. Sitting behind Warren is his wife and his aides. Including Gavin Lloyd directing workers on how best to make the candidate look good on stage, and making sure it all runs smoothly. The crowd cheers and applauds.

WARREN: You people sound like you're ready for a change. Am I right, or am I right?

Gavin talks to some of the organizers over by the balloons. And, then someone on walkie-talkie. Warren goes on with his speech.

GAVIN: The band doesn't start playing until the balloons go, okay, right?

WARREN: San Francisco has a simple decision to make.

GAVIN: Wait for my cue.

WARREN: Do we tread water, or do we move ahead?

{MISSING SECTION}

WARREN: But, hell, that's all right.

Gavin goes over and sits next to Warren’s beautiful and influential wife, Miranda St. Clair. She looks clearly uncomfortable at these functions. She’s smiling at the crowd.

GAVIN: Hey, how we doing?

MIRANDA: I'm getting lockjaw, Gavin. When can I stop smiling?

WARREN: As my old man used to say...

MIRANDA: I've seen Sacramento, Gavin. It's hardly the promised land.

GAVIN: Forget Sacramento. I'm talking about the White House.

{MISSING SECTION}

WARREN: Just remember, if you vote for me - you're getting two mayors for the price of one.

My wife, Miranda.

Warren holds out his hand to his wife, who stands up and joins him by his side.

The crowd cheers even more and applauds again.

WARREN: I'm not just talking the talk. I'm ready to walk the walk. Are you ready to walk with me?

CROWD: Yeah!

Suddenly, there are shots heard from nearby and everyone screams. On stage, Jason Ronstadt, the mayor elect’s bodyguard is hit and he goes down. Everyone dives for cover, Warren shields his wife and hides off stage as bodyguards go into defense mode. Gavin assists them by running to the edge of the stage and pointing up to the nearby hotel. As he does, a photographer snaps a picture of him.

GAVIN: He's up there! Up there!

Camera shutter clicks and then we see a shot of the next morning’s paper – Gavin is on the cover.

SCENE CHANGE

The office of Captain Leland Stottlemeyer of the San Francisco Police Department. The phone hasn’t stopped ringing all morning, and the stress is getting to him. He looks up as his chief officer, Lieutenant Randy Disher comes running in. He’s a young officer with a keen appreciation of his captain’s skills. You can just sense it.

STOTTLEMEYER: Okay, I'll call you back. I'll call you back.

{MISSING SECTION}

DISHER: Not yet. Just rah-rah stuff. He will not be silenced. He will not be intimidated.

STOTTLEMEYER: He will be blaming us soon enough. Everybody does sooner or later.

Stottlemeyer stands up and begins to pace the room nervously. He looks at Disher for inspiration.

STOTTLEMEYER: We gotta make a statement too. Is the press here? Who's here?

DISHER: The girl from channel 3.

STOTTLEMEYER: The pretty one?

Stottlemeyer begins to straighten his tie and hair in a nearby mirror as if already anticipating her arrival.

DISHER: No, the other one.

The captain seems disappointed.

STOTTLEMEYER: It's okay.

DISHER: Good. Who do you want on camera?

STOTTLEMEYER: Me. I'll do it. I think it'll reassure people to see me taking point.

Randy looks obviously proud of his superior.

DISHER: Yes, sir.

STOTTLEMEYER: Anything on the shooter? Say yes!

DISHER: The forensic boys are still on site, but nothing so far.

The door opens then and in walks Sheldon Burger, a man that works directly for the mayor’s office. He looks more like his accountant than one of his main staffers. He doesn’t look pleased and seems pensive.

STOTTLEMEYER: Oh, Sheldon Burger, who let you off your leash?

BURGER: I just came from the hospital. Bodyguard didn't make it.

The captain grimaces as the thoughts of a long investigation now seem reality.

BURGER: Mayor's on his way back from Sacramento. Look, I don't have to tell you, Captain. We're on a bus to hell. If we don't slam dunk this…

STOTTLEMEYER: I understand.

BURGER: It's gonna look like we're not trying.

STOTTLEMEYER: I'm not an idiot, Sheldon! I've got every available man on the case.

BURGER: No, you don't. Mayor wants you to bring in your old friend…

The captain looks at him in shock as his face turns into a scowl.

STOTTLEMEYER: Monk?!

SCENE CHANGE

The busy streets of San Francisco. Sharona is driving along in her slightly older-model stationwagon, animatedly talking to Adrian while she does and not paying full attention to the road. Adrian can’t help but notice this salient point and looks ready to jump from the car if necessary. He’s frantically waving his arms as he watches the traffic buzz by him. He looks on the verge of a hernia. A horn blares.

MONK: Bus! Bus! Bus!

SHARONA: I still can't believe this. The mayor asked for you personally!

MONK: There's a bus on the right!

SHARONA: Oh, this is great. This is gonna get you back on the force.

Adrian isn’t noticing, he is starting to fiddle with his seatbelt, he almost looks as if he’s trying to bail out.

MONK: I already have a job, remember? The girl in Santa Clara? Merging! Merging! Everybody's mer -

Sharona is fed up finally of listening to him, her anger rises.

SHARONA: You want to drive?! You want to drive?!

He doesn’t hear her, he’s still complaining about her lack of attention on the road.

MONK: What lane are you in??

SHARONA: I'll sit there and yell and point and drive you nuts, because you’re driving me nuts, Adrian!

Adrian becomes calm for about a millasecond before he happens to glance up through the windshield again to another apparent horror.

MONK: Sorry. It's red! It's red! Come on, it's red!

Sharona’s tires screech.

SCENE CHANGE

A conference center. There is a gathering of reporters outside the tall, modern building that glows with the sunshine coming in through the huge windows lining every wall. Stottlemeyer and Disher are awaiting the arrival of Sharona and Adrian as they want to brief them before going in to meet with the mayor elect and his staff. Sharona is chatting on the phone as she runs in the front door with Adrian.

SHARONA: Be cool. No, not today. You can't today.

Disher smiles as he sees them coming along, he already has heard of Monk’s famous nickname.

DISHER: Look who's here - the defective detective.

Stottlemeyer smiles as Adrian returns the grin, even Sharona is beaming at his side. The captain holds out his hand and Adrian shakes it in welcome before Sharona reaches in her purse to give him a handy wipe. He never leaves home without them, or without Sharona.

STOTTLEMEYER: Hello, Monk!

MONK: Captain.

DISHER: Sharona.

SHARONA: Hi.

STOTTLEMEYER: You look good! Dr. Kroger says you've been getting out some.

They both look just so overjoyed to be there. Sharona nearly accepts the compliment as her own as she takes Adrian’s discarded wipe.

SHARONA: Oh, he is really doing great. I can't even keep up with him. Thanks.

They start moving off for the stairs. As they do, Sharona slips the gum she’s chewing into the wipe and deposits it.

STOTTLEMEYER: Excellent. The candidate is waiting for us upstairs.

As they climb the stairs, Adrian closely follows the captain while Sharona lags behind a bit with Disher. As Adrian ascends, he walks sideways up the steps as to avoid seeing the height he’s at from the windows at every turn.

STOTTLEMEYER: I wanted to make this crystal clear…you're here because the mayor

thinks you can walk on water, but you're a civilian now, Monk. When I'm in there, I talk.

You say nothing, understand?

The arrive on the second floor, Adrian looks a little wounded at his condescending remarks.

STOTTLEMEYER: Look, Monk, when I took your badge three years ago, I told you nothing would give me more pleasure than to see you reinstated, and I meant that. But you're obviously

not ready.

He tries to touch Adrian’s shoulder, but he stands off a little spooked so Stottlemeyer steps aside a bit. By this time, Adrian has thought of a rebuttal.

MONK: Is that you talking or the uniform?

STOTTLEMEYER: l am the uniform, Monk! You didn't understand that back when I was

your watch commander.

With a bit of rivalry going on between them, Stottlemeyer retreats after having the last word when Adrian stops him dead in his tracks.

MONK: …And I'm sure you and Karen will work things out.

Stottlemeyer turns back to him, Adrian is almost smiling. So is Sharona, but she’s trying not to let on.

STOTTLEMEYER: What did you say?

MONK: You and your wife - you're having some problems.

Disher looks curious and so Stottlemeyer tries to act surprised as well.

STOTTLEMEYER: What are you talking about? Karen and I are fine. We're 100%!

MONK: Yes, sir. My mistake. Um, never been happier to be wrong.

Adrian and Sharona walk past the captain, finding satisfaction in getting the upper hand. When once more the captain stops him by quietly calling out to him.

STOTTLEMEYER: Hey, Monk, come here!

Obediently, Adrian wanders over to his side and the captain draws him aside in confidence.

STOTTLEMEYER: How did you know that?

Adrian points out the details as he describes them on the captain’s figure like evidence left at the scene of a crime.

MONK: You missed a spot shaving. Karen would have caught that. And your necktie - she always ties it for you. She used that double slipknot. Conclusion - you dressed yourself.

The captain looks angered by his analysis as he glances up at him.

MONK: And, uh, the Ramada Inn cup.

We see the captain is indeed holding a coffee cup with the name Ramada Inn across it. He’s now fuming. Adrian just smiles good-naturedly.

MONK: Send her some... roses maybe.

STOTTLEMEYER: When we get in there, you don't say anything!

SCENE CHANGE

Interior of the large conference room. Surrounding the long conference table are much of Warren St. Clair’s staff and his wife. The captain, Disher, Sharona and Adrian are also in attendance. Adrian is standing near a large chart of the constituancy of San Francisco marked off with tacks on a map. As he listens to the conversation, he begins straighten up papers and soon starts fiddling with the chart itself. Gavin is animated as he starts to pace around the room.

GAVIN: We're four points behind with ten days to go. I am not putting my man in a box!

STOTTLEMEYER: Nobody wants to put anybody in a box, Mr. Lloyd. All we want to do is limit

your public appearances...and not announce your schedule in advance.

Gavin gets more exasperated with that pronouncement.

GAVIN: The mayor would love that! Maybe we should move the whole campaign

and run it from the basement!

Warren calms him, seeing he’s about to have a meltdown.

WARREN: Gavin, that's not fair. The captain's just doing his job.

STOTTLEMEYER: Mr. St. Claire, can you think of anybody who might wish you harm? A disgruntled employee?

Miranda turns catty and puts her two cents in, interrupting the captain.

MIRANDA: Or an ex-wife. Or a union official. I know a couple of ex-business partners who no longer send us Christmas cards. You boys have your work cut out for you!

Miranda likes toying with the police, as she stands up and walks around her husband. As she does, she runs her hand playfully over the top of his bald head. Warren smiles. A man across the table looks mildly annoyed, almost jealous – but says nothing. Warren again steps up and smoothes things over.

WARREN: A man who hasn't made any enemies hasn't done squat!

Another one of Warren’s staff speaks up, his name is Jesse Goodman, he’s a good friend of Warren and Miranda. As they are going about introductions, Adrian starts rearranging the pins on the chart by colors at the top, row by row – no one notices…

JESSE: Warren, you're sure you want to go through with this? After yesterday, no one would blame you if you quit.

STOTTLEMEYER: Excuse me. We haven't been introduced. I'm sorry. Who are you?

JESSE: Uh, Jesse Goodman. I work upstairs. Senior vice president/concerned friend.

WARREN: I couldn't make this run ifJesse wasn't upstairs minding the store.

Warren looks up to see his wife going for some liquor on a nearby metal tray. She picks up the glass decanter and serves herself a drink.

WARREN: Baby…

He goes over to stand beside her in concern. She takes a swig of it.

WARREN: Do you need that?

MIRANDA: Yes, I do! Somebody tried to kill my husband yesterday right in front of me.

Suddenly, the captain sees what’s happening with Adrian and the tacks and sees his career going out the window. Miranda and the others notice it too.

STOTTLEMEYER: [ WHISPERS ] Monk!

MIRANDA: Excuse me! What - what are you doing?!

Gavin panics and runs over to the board to salvage what he can before Adrian totally destroys all his work.

GAVIN: Oh, my God! Excuse me! That's color coded by voting precinct. It took me three weeks to set this up.

Adrian looks at him, sheepishly. Stottlemeyer looks horrified.

MONK: Sorry...

STOTTLEMEYER: [ WHISPERS ] Monk!

MIRANDA: What department are you with?!

STOTTLEMEYER: Ma'am, this is Adrian Monk. He's no longer with our department. He's here as a private consultant.

MONK: I'll put them all back the way they were.

{MISSING SECTION}

GAVIN: No, you can’t – you can’t possibly no where every one goes!

Sharona tries to convince him otherwise as she stands off to the side, looking helpless to do much else.

SHARONA: Yes, he can!

Adrian grabs a hold of the chart and now both he and Gavin are wrestling it for supremacy.

MONK: It won't take too long. It'd take one second.

Sharona senses the worst and begs for him to let go, screaming across the room.

SHARONA: Adrian, let go of the board!

The moment he does, there is the inevitable – a flurry of multi-colored tacks sprinkle everywhere on top of the nearby table. Miranda looks shocked, Sharona covers her mouth and Stottlemeyer sees his future disappear.

SCENE CHANGE – MOMENTS LATER

Same scene, but this time we observe everyone seated back at the table. We catch a glimpse of Adrian Monk’s hand reaching into a nearby bowl for some tacks as he methodically begins placing them back on the chart. The others talk about him, but he doesn’t hear a word they say…it’s almost like he’s not in the room.

GAVIN: Captain, you said he's no longer with the department?

STOTTLEMEYER: He was given a 315. Psychological discharge.

DISHER: It's a temporary suspension.

SHARONA: It's a temporary suspension. Psychological discharge.

MIRANDA: Someone tries to kill my husband, and you send in Rain Man?

STOTTLEMEYER: Ma’am, having Adrian Monk assist us on the case is an indication of just how seriously we are taking this case.

GAVIN: Is he, uh – ?

He whistles and makes a twirling indication aside his head as if he’s nuts.

SHARONA: No, no. Um, it's a form of anxiety disorder. A severe case like this is usually triggered by a single traumatic incident.

{MISSING INFO}

SHARONA: His wife was murdered four years ago - a car bomb.

Miranda immediately feels regret and shock, she clams up.

MONK: There!

Gavin comes closer and can’t understand how he did it – but he did it, all back in the right place.

GAVIN: Unbelievable!

MONK: Wait!

Adrian moves a couple pieces around and then, he’s happy.

MONK: There.

He smiles briefly, before his expression drops and he becomes serious again.

MONK: Now I'd like to see...where the shots were fired from.

SCENE CHANGE

Inside the hotel, a vacant room that looks under renovation. The police are investigating every corner of the room, it’s well lit as Adrian Monk goes around to soak up the clues. He holds out his hand and sizes up the situation. The captain looks at him, and begins following his footsteps in awe. Randy, Sharona and a female police officer are observing from the open doorway.

FEMALE COP: What's he doing?

SHARONA: I love this part. He does this Zen, Sherlock Holmes thing.

Suddenly, Adrian holds up his hand and points to the window. His whole face lights up, as if he’s had an epiphany. The captain looks up to see what he’s spotted.

MONK: He used a drawstring to steady his shot. I've seen it before in the field manual...for the Green Berets, Special Forces.

The captain comes closer to him to look.

STOTTLEMEYER: It's possible…

MONK: Captain, could you grab this? It'll just take a minute.

He holds up the string for the blinds for him. He then points to a stick on the floor. The captain retrieves it. He positions it in the string and pretends to aim his makeshift rifle down on the museum from the window several stories below.

MONK: Hold this up like a rifle!

STOTTLEMEYER: Right.

MONK: How tall are you?

STOTTLEMEYER: 6’0".

MONK: No, really...

STOTTLEMEYER 5'11''.

MONK: Our guy was taller - 6'3'', maybe 6'4'', just like Santa Clara.

The captain turns to Monk, stopping his reenactment.

STOTTLEMEYER: Just like what?

MONK: The homicide in Santa Clara. We've been consulting on it.

STOTTLEMEYER: I read about that. It's a completely different M.O. You think there's

a connection because this guy might be tall? Lieutenant, get the Warriors on the line! I want to

talk to Antawn Jamison, see if he's got an alibi for Thursday morning.

Now the captain is being sarcastic, but Disher nearly runs out the door to follow his orders.

MONK: Captain, do you know the percentage of men over 6'3''?

STOTTLEMEYER: No. Do you?

Of course, to the captain’s regret, he already does.

MONK: Maybe 0.5. The odds of two men in this city in that category, committing premeditated murder within two days of each other are astronomical.

The captain is fast losing his faith in Adrian.

STOTTLEMEYER: All because of a twisted venetian-blind cord? Monk, that's a stretch,

even for you.

MONK: That and he wore slippers.

He sniffs the curtains nearby just like he did in Santa Clara, on the end of his pen.

MONK: …And he smokes Newports.

The captain begins to snicker and then laughs out loud.

STOTTLEMEYER: This isn't police work! This - this is vaudeville!

MONK: He's already killed two – two…

As he starts to debate it further, he casually leans over and glances out the window. The moment he does, he realizes how far up he really is. His knees turn to jello as he grabs the window sill for support. Sharona runs to his side and moves her arm around his waist to steady him. She walks quickly past the frustrated captain and his lieutenant as they walk quickly out of the room, their arms around one another.

{MISSING SECTION}

SCENE CHANGE

Gavin Lloyd’s main offices for the Warren St. Clair campaign. It’s buzzing with activity, there are people on phones making calls, computers everywhere and banners and posters lining every wall. Amongst these people is Jake, one of the volunteers showing Adrian and Sharona over to his computer.

JAKE: Oh, right here. Yes. Oh. Uh, so, um, V- A- S- ?

SHARONA: Q-U-E-S- Nicole Vasques!

Jake types it into his computer as they observe him, as the words scroll across the screen, Adrian looks a bit queasy but pulls himself together. Jake smiles up at them in a friendly way.

JAKE: I don't know her, but that doesn't mean anything. I've only been here a couple days. But let's see.

After a few minutes, he comes up with some info.

JAKE: Well, she's not a volunteer. And she's not on staff. Sorry.

He stands up and Adrian reaches into his jacket to hand him a card.

MONK: Jake, my name's Adrian Monk. Here's my card. If you think of anything, you give me a call.

JAKE: Okay, sure.

SCENE CHANGE

Inside a local cathedral. There is a funeral taking place for Jason Ronstadt. His family and friends are there, as well as Warren St. Clair’s group. In the pews sit Miranda and Jesse, listening to the services. Warren is up front giving a heartfelt eulogy. Up in the balcony section, Adrian and Sharona are observing the ceremony. Outside, the church bells toll. Jason is laid out in an ornate coffin up at the front of the church.

WARREN: Well - what does a man say about a friend who took a bullet that was meant for him? When I heard Jason had passed...

Sharona leans over and whispers something to Adrian.

SHARONA: This guy is too good to be true.

MONK: Maybe he's a decent man. Isn't that possible?

Warren goes on with his tribute below.

WARREN: And then, I talked to Risa, Jason's mother, and she reminded me

her son was no quitter.

SHARONA: You know what I think? I think he did it.

MONK: Who?

SHARONA: St. Claire.

Adrian sniffs and almost laughs, scoffing at her notion.

SHARONA: You can't buy this kind of publicity!

WARREN: See it through, or why begin at all.

MONK: I think this case and the girl in Santa Clara...are connected somehow.

As Adrian talks, he begins rifling through his pockets for something.

SHARONA: So who?

MONK: Someone who knew them both. Someone, uh –

Sharona notices what he’s doing as he gets more and more frantic.

SHARONA: What are you doing?

MONK: Do you have my keys? I can't find my keys. Did you put them in your bag?

SHARONA: I don't touch your keys, 'cause if I touch your keys, you'd freak out! Calm down!

She tries to hold down his arms as he begins flailing away, but its not doing much good. Meanwhile below, Miranda spies him and nudges Jesse to look above him to where there is a power struggle taking place.

WARREN: John Donne said, ""The democracy of death- '"

SHARONA: Adrian, just stop it! Just a second!

WARREN: Everyone who knew Jason remembers him and loves him. Let's remember Jason

as he was.

Suddenly, there is a look of relief on Adrian’s face as he finds the keys in his coat pocket. Right where he left them. Sharona is, by now, thoroughly pissed.

MONK: I got them. Okay. I got them right here. Okay. Such a relief, you know?

Adrian begins to casually twirl them on the end of his finger. As to be expected, they fly up into the air and neatly fall into Jason Ronstadt’s open coffin below. They are lying next to the dead man’s hand. Sharona covers her eyes. Adrian peers over the edge of the balcony, all we see is his frantic face.

WARREN: In a few seconds, we will be closing the casket...

Adrian nearly jumps over the side of the balcony after them until Sharona reaches over to restrain him. He’s making a scene.

SHARONA: Adrian, it's okay. We'll make new ones. Just relax - it's okay!

But, Adrian doesn’t hear her.

MONK: It's the key chain. The key chain - it was Trudy's.

Adrian tries to reach across Sharona for a nearby paperclip off of one of the church flyers. Sharona bats his hand away in frustration.

MONK: Just give it to me!

SHARONA: No!

WARREN: Jason showed up every Sunday -

Finally, Adrian goes ahead and ignores her complaints, grabbing the flyer. She shoots him a dirty look.

SHARONA: You are going straight to hell!

MONK: I am in hell!

Now, Adrian retrieves his handy container of dental floss from his pocket, Sharona gives him another angered look. He pauses and goes back to work - like MacGyver – he makes a little fishing rod out of it, preparing to rescue his keychain below. Sharona can’t look at him, she’s humiliated.

WARREN: May his loving spirit live forever...why don't we take a moment and meditate silently?

Everyone lowers their eyes in the congregation. As they do, we see the little floss descend in front of us with Adrian’s trusty makeshift paperclip. Slowly it descends into the casket. Adrian manuevers it around until with success it hooks on to something – unfortunately that something is Jason Ronstadt’s cufflink.

WARREN: Now... old friend...we turn and salute you one last time.

Everyone stands and raises their hands towards the coffin in salute. Suddenly, Adrian jerks the floss up and so it appears Jason has just raised his own arm to do to the same to the onlookers. Several women scream and gasps are heard. A family member nearly faints.

SCENE CHANGE

Moments later outside of the church. Several angry family and friends leave. Miranda appears on her husband, Warren’s arm. Jesse is at their side.

JESSE: We gotta pull the car around. He's ready to go.

Suddenly, Adrian jumps outside the door, possibly being chased by an irrate relative shaking her purse at him.

WOMAN: You should be ashamed of yourself!

Miranda looks up and sees him standing off to the side.

MIRANDA: Do you lie awake at night...thinking of ways to disrupt my husband's campaign?

MONK: No, ma’am – I lie awake trying not to think at all.

WARREN: Now, Miranda – it will be alright. Hell, for a minute, I thought I had a new campaign slogan: ""Vote for St. Claire. He can raise the dead.''

Warren laughs, but Miranda makes a face in distaste at her husband’s comment. They go off down the steps. Adrian and Sharona follow them out onto the sidewalk.

WARREN: Where's my boy?

JESSE: Here, sir!

WARREN: Make sure Miranda gets home.

JESSE: Of course.

Adrian runs up behind the preoccupied Miranda St. Clair and stops them.

MONK: Mrs. St. Claire, a couple of questions.

She turns and glares him down. She’s now brimming with rage and itching for a fight.

MIRANDA: Let me ask you a question. How can you be expected to help my husband?! I hear you’re afraid of heights, crowds... and milk.

Sharona steps up to the ice queen and defends her friend.

SHARONA: We're working on the milk. He's making good progress on milk.

Miranda just acts condescending and ignores her.

MIRANDA: Ah…

She wanders off again, but Adrian won’t be dissauded. He stops her again. He has a picture of Nicole in his hand.

MONK: Mrs. St. Claire, I - I sense that you're a little upset, but I can tell you why I dropped my keys. I've been a bit preoccupied with another case. A girl was murdered in Santa Clara. Uh, a Nicole Vasques. Did you know her?

She just glares at him again and walks away.

MIRANDA: No!

So Adrian tries a different tact, he runs after Warren St. Clair and gets his attention. He shows him the picture of Nicole as well. There are reporters hovering around St. Clair. He answers Adrian’s questions while smiling to them.

MONK: Sir?

WARREN: …No. No.

MONK: Sir, did you know her? Uh, Nicole Vasques?

WARREN: Uh, no. Should I?

MONK: ...No. No reason you should.

Adrian tries one last time to get Miranda’s attention, she’s engrossed in a conversation with Jesse.

MONK: …Excuse me.

MIRANDA: Jesse…

MONK: Ma'am, if you could take another look. Nicole Vasques…

MIRANDA: I don't know anyone by that name. What I do know is if my husband

is elected mayor, you will never work in this town again!

She stalks off cooly. Sharona just bites her tongue, she looks ready to call her every name in the book. She shakes her head as Adrian glances at her, dejectedly.

SHARONA: Let's go…

MONK: Are you registered to vote?

SHARONA: I never vote. It only encourages them. Ugh! Let's get out of here. She makes me sick!

As they return back to her Volvo, Adrian hesitates and watches Miranda sitting cozy like with Jesse, sipping champagne and giggling. Almost like they are toasting an event. He begins to wonder about her motives.

The sky opens up and it begins to rain. Sharona takes out her umbrella and they run off for her car.

MONK: Do you know how much she’s worth?

SHARONA: No.

She hands Adrian her keys for his door as she clamors in the car. He stays standing in the rain.

MONK: $150 million.

SHARONA: Here!

MONK: They were talking about it on the radio...that's a lot of motive.

SHARONA: Yes, it is.

She calls out to Adrian, still watching Miranda in the limo, blinking the pelting rain from his eyes.

SHARONA: Are you trying to kill yourself?

ADRIAN: Maybe.

The limo door closes and the vehicle starts up.

SCENE CHANGE

Back at the SFPD Precinct. Adrian and Sharona are sitting in chairs next to one of the offices in the middle of the station’s busy workroom. The phones are ringing, several plain-clothed officers are going about their business. Sharona’s hair is down and it looks like the rain got the better of it, Adrian sits nervously next to her. He casually starts playing with his keys, before Sharona puts her hand on his arm to stop him. In walks Stottlemeyer eyeing the pair warily.

STOTTLEMEYER: Miranda St. Claire called the mayor personally. You couldn't just buy

another key chain?

Sharona defended Adrian again.

SHARONA: Trudy gave it to him. It's irreplaceable!

Disher suddenly runs in from the side office,he has a new case file in his hands.

DISHER: Captain, we just got the forensic report back.

{MISSING SECTION}

DISHER: Yeah, but we caught a lucky break. One was still intact. They I.D.'d the weapon.

It's a Weatherby Fibermark rifle,

MONK: …Which is British -

DISHER: …It's British.

MONK: Long-range, preferred by mercenaries and paramilitary groups.

DISHER: That's right. He's right.

STOTTLEMEYER: Well, start a list of weapons and/or ammunitions sales.

DISHER: Yes, sir.

Adrian steps forward and stops him from across the office.

MONK: Could you check that against Nicole Vasques??

DISHER: ...Who?

SHARONA: The homicide in Santa Clara.

DISHER: Sir, your 10:00?

STOTTLEMEYER: The cases don't overlap, Monk. She worked for the DMV. He was a candidate for mayor. She was behind on her rent, he has houses all over the world. He was stabbed. She was shot. Let it go.

The captain walks out, instead of following, Adrian and Sharona run out a side door.

SHARONA: Are we gonna let it go?

MONK: Hell, no!

SHARONA: What are we gonna do now?

MONK: We're gonna follow the money!

He does a little cheer and squares his shoulders.

MONK: Mmmhhh! Awhhh! l've always wanted to say that!

SCENE CHANGE

At a kindergarten, Miranda St. Clair is reading to the kids a fairytale. It’s primarily a publicity stunt, cameras and people circle the kids sitting on the floor around Miranda’s feet. Adrian and Sharona are watching at a safe distance. Adrian is off by himself, sandwiched between a reporter and another person. He observes the kids coughing and sneezing around him to great consternation.

MIRANDA: ""The queen said to the royal doctor, I'm so worried about the princess. She has all the emeralds and rubies and riches...""

Adrian notices another kid coughing nearby and tries to move back into the crowd out of the direct germ air space. Sharona is smiling at some of the cops near her and then, she spots Adrian, but she’s too far away to help him.

MIRANDA: "'…in the kingdom, but she never laughs. ‘Who can make the princess laugh?'

They called the courtjester.""

Some more kids start coughing. Adrian, in fear, does the only thing he can. He takes the sweater he’s wearing and lifts it up over his nose, buttoning it to protect himself. He takes a seat near the wall, right next to a little blonde-haired kid.

MIRANDA: ""The court jester, as everyone knew, was the silliest and funniest court jester

that ever there was. With a jingle and a jangle, he rolled into the court. 'Jester,' said the queen, the princess has forgotten how to laugh!’ 'When shall I start?' he asked.""

Adrian looks over at the little boy beside him, his eyes grow wide with fear as the little boy begins to pick his nose. He is voiceless to stop him.

MIRANDA: "'Just then, the princess entered the court, and everyone fell silent. 'Now is as good a time as any,' she said.'"

More kids start coughing.

MIRANDA: ""The jester turned and greeted the princess, and he bowed, he rolled end over end, and when he stopped, flowers appeared in his - ''

Suddenly, the little boy lifts his snotty finger up to his mouth. Adrian jumps up in horror, shielding his eyes and banging into a child’s painting tacked to the wall behind him. It falls on him.

MONK: AAH!

SCENE CHANGE

Sharona gives Adrian a wipe and he swipes his brow and throat with it. He’s calmed down considerably now after the terrifying kid incident. They stand in front of children’s desks. The room is quiet now, everyone has left. But, Miranda St. Clair comes in from a side door. She doesn’t look too pleased to be there. The school bell rings.

{THIS WHOLE SECTION IS GONE}

SCENE CHANGE

A park in the rain. Stottlemeyer and Disher are examining clues of a car that has apparently run off the side of the road. Adrian and Sharona are standing on top of the hillside, they refuse to come down to talk to the captain who is barely able to stand and Disher using a rope not to fall down the side to the parking lot below.

{MISSING SECTION}

SHARONA: [ SHOUTING ] He wasn't wearing a hat!

STOTTLEMEYER: What are you doing? Come on down! The accident scene's

down here!

She talks to Adrian who whispers something in her ear. Stottlemeyer is obviously growing frustrated of playing Monk games.

SHARONA: [ SHOUTING ] He's not wearing the right shoes today…

Stottlemeyer looks over at Disher and grumbles to him. Unable to stand it any longer, he climbs up the side of the hill to where Adrian and Sharona stand to talk to them one on one.

STOTTLEMEYER: Not wearing the right shoes today. The port authority's calling it an accident. It's a single-car accident.

MONK: No, no. No, this was no accident. There's no skid marks on the road.

The captain is still plenty mad, and he lets Adrian know it.

STOTTLEMEYER: It's wet! You're not the only detective here, Monk! I checked for skid marks. It happens all the time on this hill. You hit this curve at 85, 90 miles an hour.

He makes a broad gesture with his hands to illustrate and points his arms at the wrecked vehicle.

STOTTLEMEYER: Ftt! Boom!

MONK: No. No, this was staged. He was killed somewhere else.

STOTTLEMEYER: Maybe you could tell me where this murder took place? That would be very helpful.

Now he was toying with him, but Adrian immediately answers him.

MONK: Cole Avenue and 17 th Street.

STOTTLEMEYER: How could you possibly know that?

MONK: We were meeting at my house. He probably took Cole. I'm thinking he was killed at

that stop sign on 17 th Street.

STOTTLEMEYER: Why 17 th?

MONK: There's a homeless shelter there. I'm thinking somebody approached the car, started washing the window and then attacked him. You can see the windshield even better from here.

Stottlemeyer turns and instructs Randy to go back down to examine the car. He looks reluctant as scaling the rope, he nearly trips a couple of times in the wet grass.

STOTTLEMEYER: Go check the windshield.

Sharona smiles and goes running past them towards her car, she signals to a nearby officer.

SHARONA: Adrian. Excuse me, Officer.

Stottlemeyer, meanwhile, sees Adrian is correct in his analysis. He clears his throat.

STOTTLEMEYER: Son of a bitch!

Sharona looks up at Adrian, who turns to her in concern. She’s still on her merry way around the car.

SHARONA: Adrian, this officer is gonna drive you home, okay? Thank you. Behave yourself!.

He's armed.

Adrian stops her, wondering what this was all about and where she was going – abandoning him.

MONK: Why? Where you going?

SHARONA: I have a date. I told you about it.

MONK: Oh, I thought you were joking.

Now, Sharona looks offended as she stares at him cooly from the other side of the car where they are facing one another.

SHARONA: You thought I was joking? Why? You don't think I could possibly have a date?

MONK: No, I didn't mean that.

SHARONA: What is so funny about me dating, Adrian?

MONK: Nothing. Sorry. It's just - it's Tuesday. It's chicken potpie night.

Sharona sighs and rolls her eyes.

SHARONA: Don't be such a baby! My 11-year-old kid can bake a chicken potpie. I'll see you later, okay?

She gets into her car and leaves. He watches her go in regret.

SCENE CHANGE

Inside Adrian Monk’s apartment. He has a small TV going on his kitchen counter and is half watching it while talking to someone on the phone. His hands are cloaked in rubber gloves and he’s wearing a blue apron as he is getting set to prepare his dinner. Benjy is on the other end.

MONK: Okay. Okay. Slow down. Slow down one second.

He gets some ingredients out of a nearby cabinet and continues to watch the TV.

MONK: All right, then you said 2/3 of a cup - 2/3 -

We see Sharona’s apartment, Benjy is on a computer in the living room, suddenly his mom – ready for her night on the town, comes up and takes the phone from his hand.

SHARONA: Who are you on the phone with?

BENJY: No one.

SHARONA: Give me the phone.

SHARONA: Monk, is that you? Okay, I'm hanging up now. And don't call back. Benjy's got homework. Lots of it.

Adrian looks frustrated on the other end as the

MONK: Don't hang up!! No! Benjy, call me back!

SCENE CHANGE

Interior of a fancy restaurant. Sharona is there with her date, Carl. They are discussing her frustration working with Adrian Monk. She looks animated as they chat over a glass of white wine and pleasant music plays in behind them.

CARL: He sounds certifiable.

SHARONA: Ohh. It's the worst job I ever had.

CARL: Yeah? So why don't you quit?

She smiles at him, her face lights up.

SHARONA: Well, because it's also the best job I ever had. I'm having adventures. I can't believe it. I'm putting bad guys behind bars.

They laugh together.

SHARONA: I feel like, um - what is her name? Superman's girlfriend…

Carl refreshes her memory as she looks lost. It’s as if he’s answering a question on a game show.

CARL: Oh, Lois Lane!

I mean, how many practical nurses

can say that? Not many.

[ Chuckles ]

You see, that looks

so fine on you.

- .. What, the dress?

- .. The smile.

Oh. Thank you.

Five... six...

You should've seen me.

I had the moves.

I was diving, I was running

out of the way.

That's great, Adrian.

Don't you get it?

It means we're getting close.

We're making somebody nervous.

I just can't picture

outrunning a car.

I wasn't even running

my fastest.

Why not?

You know.

Were you touching

all the poles again?

I always touch the poles.

Adrian Monk for Gavin Lloyd.

How old was she?

25.

It's heartbreaking.

She worked for Flo,

your bookkeeper.

We get kids like this all the time.

Every campaign does.

fft!- they're gone.

So, Flo said that you took

Nicole aside one day.

- .. I did?

- .. Yes, this would've been

lastJuly sometime.

And you talked to her for a while,

and then she never came back to work.

I talk to 1 00 kids every day,

you know, more.

- .. car crash in Sausalito.

- .. [ Sighs ] Yeah.

We heard about that.

See, I'm sorry.

I- ..I don't pretend to know

much about politics.

Vote for, uh, Warren St. Claire.

That's all you need to know.

But what was the reason

you held the rally at that plaza?

Heart of the financial district.

We wanted to assure

the business community...

that Warren St. Claire is on

their side, and it's working.

- .. Have you seen the latest poll numbers?

- .. Yes. Congratulations.

[ Laughs ]

Thank you.

Chicago.

That's why we shredded it.

That's okay.

Sorry.

she'll do her job,

he'll do his job,

and you, sir,

you and Miss-

Fleming.

Fleming, go out

and do your job.

Thanks.

Good luck. Okay.

Thank you.

Mr. Monk,

sorry to keep you waiting.

That's okay.

You know, Mr. Goodman,

your painting is very, um-

I can't think of the word.

It's-

Scary?

I just got that piece.

Something about it,

I just had to have it.

- .. He did it.

- .. Just a couple of questions, sir.

How long have you worked

for Mr. St. Claire?

But he never

made you partner.

You don't see me complaining.

I'm a lucky man.

I see you've been

out of town.

Upstate. My family has

a cabin on Rockaway Lake.

I needed some time

to clear my thoughts.

It's been a hell of a week.

Mr. Goodman, I'm sure

of two things. One::

- .. Adrian.

- .. One, your cabin is quite lovely.

- .. And, two, you were nowhere near it.

- .. What?

Your wristwatch.

It's set two hours ahead

to central time.

You haven't been north,

you've been east.

Unless I'm wrong,

which, you know, I'm not,

you were in Chicago.

That's crazy.

I don't know anyone in Chicago.

You know Miranda St. Claire.

She told us

she was going to Denver,

but her travel itinerary

said Chicago.

So what we have here, sir,

are two consenting adults,

both lying about where

they spent last night.

What I'm about to say

can't leave this room.

Miranda and I

have, uh,

been together twice.

- .. So last night makes three?

- .. No, last night it ended.

I swear

I didn't want her.

I- [ Clears Throat ]

I wanted to hurt Warren-

the legendary

Warren St. Claire.

l NNwwNwwaas sicckkk oof hbeinhgg hhis kkkey cchhaainh

NNYoouu NNwwNwwaanhttedd ttoo hhuuh tt hhinnh??

No, no, no, I didn't mean-

I wouldn't really hurt him.

Oh, of course not.

You just wanted to

hump his wife.

You want to

charge me with something,

you call my lawyer.

- .. It's me, isn't it?

- .. Look, I don't have time

for this, all right?

This meeting is over.

He's gone.

[ Cell Phone Rings ]

It's me, isn't it?

Hello?

Okay.

It's me.

Hey, they got him.

We got to go.

They got him.
 
 

The F.B.I.

coughed up a major fiile

on this guy Ian Sykes.

Ex- ..Special Forces.

Last April,

he purchased a scope for

a Weatherby Fibermark rifle.

You guys stay here until

we're inside, all right?

Did he mention

how tall he was?

Yes. He's 6'5'' tall.

I got lucky.

[ Chuckles ]

[ Baby Crying ]

Ugh! Police! Police!

Go! Go! Clear!

[ Laughs ]

Can you believe this guy?

You are out of your mind,

out of your mind.

You couldn't buy her off.

She had a little something

we call integrity.

So you decided it was time

to hire somebody to kill her,

but who?

You asked

Jason Rondstadt,

but he turned you down.

You were in hell,

surrounded by honest people.

[ Laughs ]

I don't have to stand

here and listen to this.

Yes, you do.

Yes, you do.

Okay.

Thanks, Captain.

You kept shopping around.

You found a professional,

Ian Sykes.

Sykes killed the girl...

but you still had

one loose end left-

Jason Rondstadt,

the first guy you asked.

[ Warren ]

But, hell, that's all right.

Flying 1 7 combat missions

in the Gulf-

[ Gunshot ]

Killing Jason Rondstadt

in public was brilliant...

'cause everyone assumed it was

an assassination attempt,

and you got a two- ..for.

Your problem was eliminated,

and your candidate gets to look heroic.

Well, here was your mistake.

My mistake?

Hey.

This photograph was taken

seconds after the shooting.

That's you, isn't it,

pointing up at the sniper?

Yeah. So what?

He's up there!

[ Indistinct Shouting ]

Up there!

You're the only one

pointing.

[ Sighs ]

Because I saw him.

He was right up there.

Look.

Oh, yeah,

I almost forgot.

Gentlemen, gentlemen,

if you please.

Last Thursday,

there were approximately

400 balloons right here.

There's only one way

you could've known

where Ian Sykes was.

You hired the man.

This is

totally ridiculous.

It all happened so fast.

It was chaotic.

It was chaos.

- .. You heard them?

- .. Yes, I definitely heard them.

We all heard them.

They were coming

from up there.

Well, if that's true,

then you won't have

any trouble fiinding Sharona.

What?

She is up there

in one of these buildings...

with a starter's pistol.

Heckle, this is Jeckle.

Are you all set?

- .. Anytime,Jeckle.

- .. Let's do it.

- .. [ Gunshot ]

- .. [ Gunshot Echoing ]

[ Monk ]

It's kind oflike

an echo chamber, isn't it?

You want to take

another chance?

Heckle, we're going for

best out of three.

- .. [ Gunshot ]

- .. [ Gunshot Echoing ]

- .. There.

- .. There?

- .. No, uh, over there.

- .. Are you sure?

- .. Oh, my God.

- .. No, wait, wait, wait.

Do it again.

Do it again!

Like the real Moses,

he won't bejoining you

in the promised land.

[ Sighs ]

Uh... Warren,

I didn't have any choice!

That girl, Nicole,

she would have buried me!

She would have buried

both of us!

- .. Warren!

- .. [ Gunshot ]

Okay, Sharona, cut it out.

That's enough.

- .. Sharona?

- .. Let's go!

Everybody out of here!

Go! Go! Go! Go!

[ Gunshot ]

[ Gun Cocks, Gunshot ]

Oh, my God, it's Sykes.

He's here.

Sykes?

What's he doing here?

I think he and Gavin are having

some kind of contract dispute.

[ Gunshots ]

[ Siren Wailing ]

He's leaving.

I'm gonna follow him.

WWWWWhheh e aah e yoouu ggooinhgg, Shhaah oonhaa??

Juustt sttaay Nbuutt

He's stashing his gun.

He's going downstairs.

All right,just stay put.

Stay right where you are.

WWWWWhhoo ddooes shhe tthhinhkkk

shhe is??

l ddoonh'tt kkknhooNNwwNww

Loois Laanhe

He's in the boiler room.

Sharona.! I can't hear you.

I've lost you. Come back.

No. He'd expect you

to cover the street.

HHe's ggoott soonnhe ootthheh NNwwNwwaay

HHe hhaas aa Nblaanh

HHooNNwwNww ddoo yoouu kkknhooNNwwNww tthhaatt??

'Cause he's smart.

Sharona, come back.

Keep an eye on him.
 
 

HHooNNwwNww nnhaanhy gguuys yoouu ggoott

inh tthhe hbaacckkk??

Monk, he's going

through a door.

I think it's a tunnel.

I'm gonna follow him.

[ Man ]

Let's go! Let's go!

Everybody out!

What about the basement?

By the book, Monk.

We'll take care of Sharona.

Just stay here.

[ Thud ]

Monk, can you hear me?

[ Gasps ]

[ Static ]

Ugh.

Adrian, can you hear me?

I can't hear you.

[ Coughing ]

[ Groans ]

Monk, where are you?

[ Muffled Scream ]

[ Sharona Grunting ]

We got upstairs secured.

Good. Now do the basement,

and watch your back.

He's, uh, got my gun.

[ Police Radio Chatter]

[ Sharona Screams ]

[ Water Sloshing ]

[ Sharona Screams ]

[ Squeaks ]

[ Gasps ]

[ Panting ]

Hold it.!

I have a gun.!

Sykes, hold it!

Shoot him!

[ Sharona Screaming ]

Shoot him.!

[ Groaning ]

[ Sharona ]

Will you shoot him.!

[ Screams ]

Let her go, Sykes!

Let- Let her go!

[ Sharona Whimpering ]

- .. [ Sharona Cries Out ]

- .. [ Gunshot ]

[ Sharona ]

What the hell

were you thinking?

[ Monk ]

You kept saying,

""Shoot him.! Shoot him.!'"

Adrian,

I could've been killed.!

I knew what I was doing.

I was aiming high.

He's like 20 feet tall.!

What if you missed?

You could've missed!

Oh, right!

How could I have missed?

The guy's King Kong.

What if it ricocheted?

Well, that- that's true.

I didn't think of that.

Hello?

Snowmen.

Give me the gun.

Give me the gun.

[ Police Radio Chatter ]

Here he is.

Come and meet

a genuine hero.

Congratulations,

Mr. Monk.

Mr. Monk,

on behalf of myself,

Miranda,

and the city

of San Francisco,

I want to thank you.

Well done.

MMur. MMuoorhkkk,, wwwwdhaat rhexxt??

MMur. MMuoorhkkk,,

aarh I gget aapucctuure, pleaase??

Well, I would be happy

to meet the boy,

but anybody would've done

the same thing.

I don't know about that,

Adrian.

I mean, there were

20 cops at that scene.

Nobody did what you did.

Well- Well.

[ Laughs Softly ]

You know, I think we're making

some real progress here,

and I think-

I think it might be time

that I talked to the department

about reinstatement.

Would you like that?

I understand.

All right.

They might want you to meet

with some other doctors.

No problem.

It's not gonna be

that easy, Adrian. There's

gonna be more testing.

Let's do it. I want to

take them right now.

[ Bell Dings ]

- .. I want to take them right now.

- .. [ Woman Coughing ]

Going down?

[ Coughing Continues ]

- .. See you next week.

- .. Okay.

[ Blows Nose ]

[ Bird Squawking ]

How'd it go?

Mmm, you know.

Aw, don't worry,

we'll get them next time.

Come on,

I'll make you some dinner.

Oh, yeah, it's Tuesday.

Tuesday night's chicken potpie.

You know, actually,

I thought we'd try something

a little different this week.

I- ..I'm kidding.

I'm kidding.Just kidding.

Adrian, you missed one.

Five.

[ Laughs ]

Six.

[ Laughs ]

Seven.

Eight.

Nine. Ten.

Eleven. Twelve.

Kikavu ?

Au total, 35 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

pilato 
02.08.2018 vers 23h

Aloha81 
29.07.2018 vers 16h

diana62800 
30.03.2018 vers 15h

laeti5 
26.02.2018 vers 02h

vampire141 
10.02.2018 vers 23h

Siobhan62 
20.10.2017 vers 13h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Un coffret DVD de la saison 1 de The Hollow Crown à gagner avec L'Atelier d'Images et Hypnoweb !
Tirage au sort le 28/09 | Participation gratuite

Participe à notre concours de design en créant un calendrier de l'Avent sur le thème des séries TV !
Participez ! | Date limite : 13/10

Activité récente

Saison 6
12.07.2018

Le quartier
01.08.2018

Screencaps
01.08.2018

Actualités
Tony Shaloub | Final Portrait

Tony Shaloub | Final Portrait
Tony Shaloub interprète le personnage de Diego Giacometti dans le long métrage britannique de...

Tony Shaloub | The Marvelous Ms Maisel

Tony Shaloub | The Marvelous Ms Maisel
Tony Shaloub et Main Hinkle incarnent les parents de Midge Maisel, rôle titre tenu par Rachel...

Freeform commande

Freeform commande "The Bold Type" | Melora Hardin
Freeform a dernièrement annoncé la commande en série du pilot The Bold Type, dans laquelle on pourra...

Que devient Tony Shaloub (Adrian Monk) ?

Que devient Tony Shaloub (Adrian Monk) ?
Après avoir intégré le casting de la dernière saison de Nurse Jackie et fait une apparition lors...

Monk face à Reddington

Monk face à Reddington
Tony Shaloub donne la réplique à James Spader dans l'épisode 3.13 (N° 103), de Blacklist,  diffusé...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

cinto, Hier à 13:33

La Rentrée transforme Henry; sondage chez The Tudors; en quoi peut-il se tranformer...Merci de votre vote et de votre com , si vous voulez.

Luna25, Hier à 16:11

Vous avez encore aujourd'hui pour voter à la manche en cours du concours de persos historiques sur Legends of Tomorrow

ptitebones, Hier à 16:58

Hello hello, nouveau design UnReal ! N'hésitez à venir donner votre avis

choup37, Hier à 19:43

Mais aussi sur United States of Tara On attend vos coms

BenMason, Hier à 21:33

Bonsoir, n'oubliez pas de venir sur le quartier de Falling Skies, la photo du mois vous attend ainsi que des jeux.

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site